LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

ARROGANCES ET DERIVES DES SAGES-FEMMES : La loi créant l’ordre va régir le secteur


Rédigé le Mercredi 11 Janvier 2017 à 00:04 | Lu 38 fois | 0 commentaire(s)


Le projet de loi corrélatif à l’exercice de la profession de sage-femme au Sénégal et portant création de l’ordre des sages-femmes et des maïeuticiens a été voté hier par les députés à l’unanimité. Les parlementaires ont fait face au ministre de la Santé et de l’action sociale. L’idée est de mieux réguler le secteur qui ne manque pas de failles si l’on prend en considération les propos des élus qui se sont prononcés sur la situation.


ARROGANCES  ET DERIVES DES SAGES-FEMMES : La loi créant l’ordre va régir le secteur
Les députés ont statué  sur le  projet de loi 43/ 2016 voté à l’unanimité. Ce,  après que les parlementaires  se soient succédés  à   la parole pour dénoncer  les tares du système.  Et pour la plupart, il ne  s’agira pas de mettre tout le monde dans le même sac parce que  dans toute profession on note de brebis galeuse mais l’arrogance le manque de respect des patients entres autres défaut sont de rigueur. « Ce n’est pas toutes les sages-femmes, mais le problème existe. Les femmes se plaignent des propos aigres doux proférés à leur endroit par ces praticiens «  s’est par exemple interrogé le député Mamadou Faye. Pour lui, l’accueil doit être digne et pour se faire  la surveillance et les sanctions doivent être corsées. Avec plus de précision Khady Mané soutient que la situation est beaucoup notée en zone reculée où les femmes subissent les supplices des praticiennes en plus de leur douleurs et se taisent malgré tout n’ayant souvent pas quelque part où se plaindre. Prenant la balle au rebond, le président du groupe parlementaire Benno Bokk Yakar, Moustapha Diakhaté parle  d’une  réalité.  « Les propos injurieux sont une réalité dans les structures sanitaires ce n’est plus à démontrer. Il faut régler cette situation avec des sanctions prévues. L’ordre va permettre de régler cette situation ».

Dans la même dynamique le ministre   s’est référé  aux  principes et les règles qui sous-tendent le code pénal en ce qui concerne la détermination du quantum des sanctions applicables aux infractions.  Eva  Marie Cool Seck   semble aussi confirmer les injures proliférer   par les ‘’accoucheuses ‘’ à l’endroit des femmes venues accouchées  et cela demeurent une problématique.  Et de rassurer : «  l’ordre a pour enjeu de sanctionner ces dérives. C’est l’ordre qui peut réguler la profession et sanctionner ces problèmes constatés, et permettra de mettre de l’ordre dans la profession, c’est un élément important. L’accueil est une priorité pour nous agents de santé ». D’après Awa Marie Colle Seck au Sénégal il y a 1 sage femme pour 2684 femmes en âge de procréer alors que le ratio normal c’est 1 sage femme pour 300 femmes en âge de procréer. D’où l’importance des matrones, il faut les superviser. Mais précise-t-elle,  il ne faut pas considérer qu’elles fassent comme la sage femme ou la gynécologue.  Et quel statut donneriez-vous à ces matrones ? « Elles sont exemptes de sanctions. Les matrones n’entrent pas dans la loi, les sanctions concernent les sages femmes qui ne feront pas ce qu’ils doivent faire. Un code de déontologie sera institué pour un meilleur encadrement des actes délégués aux sages-femmes», a-t-elle souligné. Pour les professionnelles émanant des écoles de formation le ministre de la santé  et de l’action sociale  mentionne que  le concours est ouvert à tous et est anonyme. L’objet  de ne pas permettre de distinguer celles des écoles publiques à celles des privées. Et pour celles qui n’ont pas de diplômes  la création d’un autre corps est en vue. 



Nouveau commentaire :

ACTUALITÉS | Exclusivité | People | News | Revue de presse | SCIENCE - TECH | Musique | Contribution | Chronique | Emissions et entretiens | Avis-Communiqué-Publireportage | Zero Stress & Insolite | Religion | Coin des femmes | CUISINE | SERIE TV