LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Liste Manko Taxawu Senegal aux législatives 2017 : Le choc des agendas cachés sera inévitable (Par Thiémokho DIOP)


Rédigé le Lundi 15 Mai 2017 à 11:50 | Lu 156 commentaire(s)



Liste Manko Taxawu Senegal aux législatives 2017 : Le choc des agendas cachés sera inévitable (Par Thiémokho DIOP)
Le jeudi 04 mai 2017, les dix principaux leaders de l’opposition sénégalaise ont porté sur les fonts baptismaux, la coalition Manko Taxawu Senegal (MTS) en vue de gagner les élections législatives du 30 juillet prochain et "imposer une cohabitation" au Président Macky Sall. Malgré leur unité autour des "onze mesures urgentes", les trois ténors de cette coalition, à savoir Khalifa Sall, Karim Wade s/c d’Abdoulaye Wade et Idrissa Seck, n’ont certainement pas renoncé à leurs ambitions personnelles de devenir président de la République. Au contraire, ils ont chacun un agenda caché c’est-à-dire un plan dissimulé qu’ils mettront en œuvre dès que la situation deviendrait favorable. 
Face à la décision de la direction du Parti Socialiste de continuer le compagnonnage avec le président Macky Sall dans Benno Bokk Yakaar, Khalifa Sall avait clairement déclaré que le parti de Léopold Sédar Senghor ne devrait pas être faiseur de roi mais plutôt avoir son candidat à la présidentielle de 2019. En affirmant cela, le maire de Dakar parlait subtilement de sa propre personne car, après sa victoire aux élections locales de 2014, il s’est fait convaincre d’avoir un destin présidentiel. La liste MTS n’est donc pour lui qu’un tremplin vers le sommet. Pour ce faire, Khalifa a très probablement concocté un plan dissimulé qu’il va dérouler. Sa stratégie sera de s’appuyer sur les hommes et les femmes du Sénégal des profondeurs qu’il aura réussi à placer dans la liste de la coalition. Une fois la base de son électorat élargie sur l’ensemble du pays, le maire de Dakar pourra alors envisager sa candidature à la présidentielle de 2019 avec plus d’optimisme. En politicien expérimenté, il sait cependant que la réalisation de son agenda caché passe par sa non condamnation à une peine qui le disqualifierait de la course à la présidence. C’est dans ce cadre que s’inscrit la grande bataille juridique que ses avocats mènent présentement pour au mieux éviter un procès ou au pire empêcher une lourde condamnation car au cas échéant, il laisserait la voie libre aux deux autres concurrents de la coalition. 
Le parti démocratique sénégalais ne s’est pas non plus engagé dans cette coalition par simple altruisme. En effet, le PDS a un candidat déjà investi pour l’élection présidentielle de 2019 en la personne de Karim Wade. Seulement ce candidat est frappé d’inéligibilité depuis sa condamnation à 6 ans de prison pour enrichissement illicite par la CREI. En cas de victoire de la liste de Manko Taxawu Senegal, les libéraux auront à cœur de remettre en selle leur leader à travers une loi d’amnistie comme ils ont eu à le faire lorsqu’ils étaient au pouvoir. Ils vont prétexter le caractère "politique" des procédures judiciaires de Karim Wade et d’autres membres de l’opposition actuelle pour faire une proposition de loi d’amnistie qui pourrait même intéresser Khalifa Sall et donc avoir son soutien au cas où il serait condamné à une peine de plus de 6 mois dans l’affaire dite de la caisse d’avance de la mairie de Dakar. Mais auparavant, le PDS actuellement moribond, aura pour objectif de se donner une seconde vie en négociant des positions avantageuses dans la liste de MTS. 
Avec un avenir politique incertain à cause notamment de l’effritement de son électorat jusque dans son Thiès natal, Idrissa Seck serait plutôt ravi si, d’aventure la proposition de loi d’amnistie pour Karim Wade incluant éventuellement Khalifa Sall ne rencontrait pas l’assentiment de la majorité de la population. Ce serait, au contraire, la situation idéale lui permettant de mettre en œuvre son plan de positionnement pour devenir le candidat de "consensus", pour dira-t-il :"soulager les souffrances des sénégalais". En d’autres termes, le plan du président du REWMI ne pourra prospérer que si ses deux concurrents échouent dans leur tentative de se faire réhabiliter. En effet, si Khalifa Sall finit par être reconnu coupable de détournement de deniers publics et que la proposition de loi d’amnistie n’a pas pu être voter pour une raison ou une autre, Idrissa Seck aura le champ libre pour dérouler son agenda caché qu’il garde loin des regards indiscrets de ses concurrents de la coalition MTS. 
Manko Taxawu Senegal est certes une coalition inédite de l’opposition mais son unité n’est que de façade tant les ambitions de ses principaux leaders sont divergentes voire antagonistes. Une éventuelle victoire aux législatives de juillet 2017, mettra au grand jour des agendas jusque-là cachés. 
  
Thiémokho DIOP 
thiemokho.diop@gmail.com 
  


ACTUALITÉS | Exclusivité | People | News | Revue de presse | SCIENCE - TECH | Musique | Contribution | Chronique | Emissions et entretiens | Avis-Communiqué-Publireportage | Zero Stress & Insolite | Religion | Coin des femmes | CUISINE | SERIE TV