LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Thieboudieune » à la Penda Mbaye, une haute toque de la gastronomie sénégalaise


Rédigé le Dimanche 12 Février 2017 à 00:34 | Lu 54 commentaire(s)



Et l’on comprend aisément pourquoi certains mâles couvrent, en permanence, leurs compagnes saint-louisiennes de présents, de compliments, de déclarations fougueuses et d'attentions romantiques. Cerise sur le gâteau, ces bienheureux mangent à leur faim. C’est une belle chance, pour eux, d’avoir craqué sur une « Ndar-Ndar » séduisante, talentueuse et cordon bleu. 

Disons-le, en matière de « thieboudieune » les Saint-Louisiennes, armées de leur « mokk pooc » (art de la séduction), battent toutes leurs concurrentes aux olympiades de Penda Mbaye. Parce qu’elles maitrisent mieux que quiconque l’enseignement de l’inventrice de notre plat national, cette grande toque de la gastronomie mondiale. 

Saint-Louis occupe une place à part dans la géographie culinaire du Sénégal. C’est dans ce lieu que s’est retrouvée une génération nouvelle, la première génération de Saint-Louisiennes décidées à conserver les « thiéré », « ndambé », « dakhine », « lakh », mais déjà capables d’innover dans la cuisine et d’envisager une vie gastronomique différente de celle de leurs mères et grands-mères. Nous sommes au début des années 1900. 


A cette époque, Saint-Louis, capitale de l’Afrique occidentale française (Aof) est avant tout un rêve de liberté, de réussite et d’identité qui attire, de plus en plus, les talentueux et les ambitieux. La ville, divisée en une cité résidentielle blanche et en plusieurs quartiers pour Noirs, palpite au son de groupes musicaux plus ou moins renommés et de virtuoses inconnus. Beaucoup de visiteurs finissent par s’y installer. 

Le mouvement des « Dolli Ndar » (ceux qui s’ajoutent) s’amplifie. Les « Dommu Ndar » (autochtones) accueillent à bras ouverts ceux qui décident de venir partager, avec eux, une commune volonté de vie commune. Saint-Louis ou Ndar est La Mecque sénégalaise. Des Saints, comme Mawdo Malick Sy, Cheikh Ahmadou Bamba, Khalifa Ababacar Sy, Cheikh Ibra Fall, etc., y ont vécu ou séjourné fréquemment. Il est difficile, après son installation, d’en sortir. La ville est attrayante et fascinante. 

Savoureuse osmose 

La cuisine de Saint-Louis est simple, sans artifice et métissée. Bref, c’est une savoureuse osmose de tous les peuples qui y ont fait escale. A l’Orient, Ndar a emprunté ses épices de qualité, à l’Occident quelques légumes et certains fruits pour créer, avec le disponible local, un tableau culinaire aux saveurs multiples, aux sensations fortes et aux arômes colorés. Cette cuisine, comme les femmes de cette terre de « téranga » (hospitalité), fait saliver. 

Donc, Saint-Louis, c’est surtout son légendaire « thieboudieune » à la Penda Mbaye. Le nom de la vieille cité est intimement lié à ce plat qu’on y offre aux hôtes depuis de très longues années. Le « thieboudieune » demeure une des grandes spécialités de la région, consommé très couramment autant par les habitants du pays que par les étrangers qui sacrifient facilement au rite de sa dégustation. 

Le « thieboudieune » est l’apanage des Saint-Louisiennes qui, avec leur « mokk pooc » (art de la séduction), battraient toutes leurs concurrentes aux olympiades de Penda Mbaye. Parce qu’elles maitrisent mieux que quiconque l’enseignement de l’inventrice de notre plat national, cette grande toque de la gastronomie mondiale. 

LE SOLEIL 



Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 7 Septembre 2017 - 14:40 Kebhab à l`égyptienne

Mercredi 9 Août 2017 - 15:02 Goulash de veau

ACTUALITÉS | Exclusivité | People | News | Revue de presse | SCIENCE - TECH | Musique | Contribution | Chronique | Emissions et entretiens | Avis-Communiqué-Publireportage | Zero Stress & Insolite | Religion | Coin des femmes | CUISINE | SERIE TV




Facebook
Google+
YouTube
Twitter