LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

​Restauration populaire: Vers la carte professionnelle des actrices du secteur


Rédigé le Jeudi 22 Janvier 2015 à 00:26 | Lu 89 fois | 0 commentaire(s)




Plusieurs femmes de l’Association des artisans  professionnels de l’alimentation du Sénégal (Apas) ont pris, hier, mardi, à la mairie de Rufisque, à un atelier de restitution sur « l’étude sur les possibilités d’amélioration de la fiscalité locale du secteur de la restauration  population. Sous l’initiative de Enda/Graf Cr, les participants ont retenu entre autres recommandations la création de la carte professionnelle pour les restauratrices. 

Longtemps relégué au second plan par les pouvoirs publics, le secteur de la restauration populaire est en train d’être organisé pour mieux donner une bonne image de son importance dans le développement socioprofessionnel de son secteur. Sur ce, les restauratrices issues de la région de Dakar, ont été convié hier à un séminaire de restitution sur «l’étude sur les possibilités d’amélioration de la fiscalité locale du secteur de la restauration populaire ». Avec 1700 emploi offert par jour aux jeunes, le secteur de la restauration ne peut qu’être soutenu d’où la nécessité des pouvoirs publics et des partenaires techniques et financiers de s’engager à leur côté pour mieux les accompagner. C’est ainsi qu’une convention a été signée entre Enda Graf Cr et la Ville de Rufisque et les différentes communes. A en croire, Fatou Coordonnatrice Pôle Agro-Alimentaire, de fortes recommandation ont été faites allant dans le sens d’une bonne organisation du secteur. Ce faisant il est convenu de créer une carte professionnelle pour toutes les restauratrices membres de l’Association des artisans professionnels de l’alimentation du Sénégal (Apas). Aussi à l’en croire, la Ville de Rufisque et les communes vont faciliter l’accès au crédit, l’accès aux soins médicaux à ces vendeuses de restauration.  Mais d’après Mme Ndoye dans cette convention, il y a du gagnant car, renchérit-elle, « les restauratrices vont aussi apporter leur participation financière aux communes ». 

Toujours selon Mme Ndoye, cette convention a trait aussi à accompagner les femmes dans le domaine économie rurale, dans le domaine de la santé communautaire, dans le domaine de l’éducation et du lait à l’école. 

Pour l’hygiène, l’une des problématiques de la restauration populaire au Sénégal, la coordonnatrice du Pôle Agro-Alimentaire souligne que c’est tout cela l’important de ce partenariat. « Nous allons faire en sorte que ces femmes-là soient bien formées bien encadrées mais surtout à veiller à leur propreté de leur l’environnement pour le bien-être et la santé des populations »,  soutient Mme Ndoye.
 Souleymane Sané



Nouveau commentaire :

Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé