LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Alerte rouge sur le « khémé », nouveau produit de dépigmentation pour les femmes


Rédigé le Jeudi 30 Juin 2022 à 17:14 | Lu 68 commentaire(s)



Alerte rouge sur le « khémé », nouveau produit de dépigmentation pour les femmes
Infections cutanées répétées, cancer de la peau, insuffisance rénale, grossesses compliquées et naissance de prématurés ou de mort-nés, voilà les lourdes conséquences de l’utilisation de la soude caustique, aussi connue sous le nom d’hydroxyde de sodium. Ce dernier est un produit chimique très populaire en raison de sa grande basicité permettant un bon contrôle du pH. Son excellente solubilité dans l’eau ainsi que sa facilité de transport, d’entreposage et d’utilisation contribuent également à sa grande utilisation chez certaines femmes  Sénégalaises.

Selon le chimiste Birama Thiam, c’est un élément essentiel dans la fabrication du savon. «
Pour faire du savon, nous avons besoin de base forte comme la soude qui réagit avec les huiles et qui disparaît dans le savon au bout de deux mois. La soude est l’élément qui donne sa basicité au savon, ce qui le rend utilisable », démarre le chimiste. Il poursuit; «Pour utiliser la soude dans le savon, il faut un pourcentage défini, des calculs assez complexes pour déterminer l’indice de saponification d’une huile pour obtenir la quantité de soude diluée».
 

Détournée de son utilisation première, la soude, non diluée, peut avoir des effets néfastes sur la peau. «La soude est un produit très corrosif et peut faire de nombreux dégâts sur la peau. En cas de contact avec l’épiderme, la peau présente des lésions de couleur brune et un aspect gélatineux. Elle s’associe à une douleur dont la précocité et l’intensité dépendent de la concentration et du temps de contact. A force d’être utilisée dans le temps, les lésions cutanées de la soude peuvent être térébrantes (diffusion lente jusqu’aux couches profondes de la peau)», renseigne l’ingénieur en Chimie, Birama Thiam.

Qui alerte sur la toxicité de ces produits. Ces substances chimiques, individuellement ou en mélange, contenues dans ces laits et savons pourraient avoir des effets toxiques pour la santé humaine et pour l’environnement. Et présentent des risques aussi bien pour le fabricant que pour le consommateur. «Un produit dépigmentant est un produit qui est extrêmement concentré en compositions toxiques, notamment les métaux lourds, le plomb et le mercure. Elles sont déjà à base d’hydroquinone et de corticoïdes qui sont un danger pour la peau. Si on y ajoute de la soude, le cocktail est plus que explosif», révèle le chimiste.

Ceux qui s’adonnent à ces mélanges sans gants sont exposés à des risques cutanés directs, à des problèmes respiratoires et cela peut aller jusqu’à l’insuffisance rénale. Pour les consommateurs, Birama Thiam avertit : «Les métaux lourds compris dans ces mélanges ne peuvent être métabolisés par l’organisme qu’en faible quantité. Le mélange de ces produits peut avoir des effets dramatiques sur le long terme, comme le cancer de la peau, des infections cutanées répétées. Les femmes qui les utilisent peuvent développer des grossesses compliquées et donner naissance à des prématurés ou à des mort-nés».

Malheureusement au Sénégal, il n’y a pas de réglementation concernant la cosmétologie et l’importation des produits cosmétiques. Face à ce problème de santé majeur, le chimiste estime qu’il faut revoir la formulation chimique et cosmétique et la réglementation concernant l’importation, la fabrication et l’utilisation des produits cosmétiques.



ACTUALITÉS | Exclusivité | People | News | Revue de presse | SCIENCE - TECH | Musique | Contribution | Chronique | Emissions et entretiens | Avis-Communiqué-Publireportage | Zero Stress & Insolite | Religion | Coin des femmes | CUISINE | SERIE TV