LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Algérie / Présidentielle 2019 : Bouteflika dans la course pour un cinquième mandat


Rédigé le Lundi 11 Février 2019 à 11:05 | Lu 16 commentaire(s)


Le parti au pouvoir en Algérie, le Front de libération national (FLN), a désigné ce week-end l'actuel chef d'Etat algérien, Abdelaziz Bouteflika comme son candidat à sa propre succession à la présidentielle du 18 avril. Âgé de 81 ans et au pouvoir depuis 1999, le président algérien a par la suite confirmé sa candidature dans un message à la nation transmis à l'Agence de pesse algérienne APS.


Algérie / Présidentielle 2019 : Bouteflika dans la course pour un cinquième mandat
Pour la prochaine présidentielle en Algérie, c'est le président actuel, Abdelaziz Bouteflika qui représentera le Front de libération national (FLN). Après plus d'un an de suspens, c'est le numéro 1 algérien qui a été désigné ce samedi 9 février lors d'un meeting populaire à Alger, avant de confirmer cette intention par un message à la nation transmis à l'Agence de presse algérienne (APS). « En votre nom, et par devoir de gratitude, je suis honoré d'annoncer que le FLN présente comme candidat à la prochaine élection présidentielle Moudjahid Abdelaziz Bouteflika », avait annoncé Moad Bouchareb, président de l'Assemblée populaire nationale.
 

Agé de 81 ans, au pouvoir depuis 1999, à moins d'un mois de la date clôture du dépôt des candidatures (3 mars), Bouteflika a confirmé ce choix via l'APS. Avec une santé fragilisée par les séquelles d'un accident vasculaire cérébral (AVC) en 2013, le dirigeant nord-africain limite ses sorties depuis. De quoi alimenter la polémique au niveau local sur ses capacités à rempiler pour un cinquième mandat.

D'autres figures déjà en course pour cette présidentielle


En dehors de la candidature annoncée du FLN, d'autres personnalités ont déjà fait savoir leur intention pour la présidentielle dont le rendez-vous est pris pour le du 18 avril prochain. C'est le cas du général à la retraite, Ali Ghediri (64 ans). Très peu connu dans le milieu politique algérien, il a eu à occuper jusqu'en 2015 le poste de responsable des ressources humaines au ministère de la défense algérien. S'il parvient à rassembler les 60.000 signatures auprès d'électeurs algériens.
 

Mêmes intentions pour le chef du Mouvement de la société pour la Paix (MSP, principal parti islamiste), Abderrezak Makri, qui est lui bien connu dans le pays. Un autre candidat toujours aussi bien connu est Ali Benflis qui sera lui à sa troisième tentative après avoir échoué en 2009 et en 2014. D'après le ministère algérien de l'intérieur, à la date du 29 janvier 2019, au total 139 formulaires de dépôts de candidature à la présidentielle ont été retirés. On décompte 13 partis politiques et 126 particuliers.
 

 
AfriqueLatribune


Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé