LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Aliou Dia, porte-parole de la Commission Nationale de Suivi de la Campagne Agricole : « La mise en place des semences et matériel agricole est effective à Kaolack... Il y a des opérateurs qui ont été très défaillants… »


Rédigé le Jeudi 11 Juillet 2019 à 11:05 | Lu 24 commentaire(s)



Aliou Dia, porte-parole de la Commission Nationale de Suivi de la Campagne Agricole : « La mise en place des semences et matériel agricole est effective à Kaolack... Il y a des opérateurs qui ont été très défaillants… »
Une mission du ministère de l'agriculture et de l'équipement rural, conduite par le porte-parole de la Commission Nationale de Suivi de la Campagne Agricole, Aliou Dia, a effectué ce matin une visite dans les départements de Kaolack, Nioro et Guinguinéo, afin de s'enquérir de la situation de la campagne par rapport à la mise en place des semences et  matériel agricole dans le monde rural. 

" Nous avons constaté que la mise en place est effective et il reste certaines filières dont l'engrais 15/10/10. Ce qui reste à faire c'est d'encadrer les présidents de commission pour que le complément soit arrivé et distribué avant le 31 juillet…", a informé Mr Dia. 

Au cours de cette tournée, les agricultures ont demandé à l'État d'augmenter les quotas. Aliou Dia de souligner sur ce point que " c'est une demande qui est légitime parce que le capital semencier du Sénégal à l'époque était 120.000 tonnes d'arachide. Si aujourd'hui, l'État donne 75.000 tonnes, il faut savoir effectivement qu'il y aura un manquement quelque part. Cependant, il faut rappeler qu'à l'époque, on prêtait à crédit, maintenant c'est l'État qui dégage beaucoup de milliards pour des subventions. Il donne 75.000 tonnes, il va  donc falloir inciter les paysans à faire des réserves semencières…" 

 Le porte-parole de la Commission Nationale de Suivi de la Campagne Agricole n'a pas aussi oublié, dans son intervention, certains opérateurs qui ne jouent pas le jeu sur le terrain. " Dans les jours à venir, des ateliers seront organisés au niveau du ministère de l'agriculture pour qu'on définisse d'abord le statut de l'opérateur, parce qu'il y a des opérateurs qui ont très bien travaillé mais il y a certains qui ont été très défaillants..."



Dans la même rubrique :
< >

Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé