LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Appel à candidature : l’Ipres cherche un Directeur général


Rédigé le Jeudi 28 Novembre 2019 à 11:21 | Lu 710 commentaire(s)



Appel à candidature : l’Ipres cherche un Directeur général

L’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres) va bientôt connaitre son nouveau directeur général. Le Conseil d’administration a commis un cabinet privé pour recevoir les candidatures. Une short-list sera ensuite dressée pour les administrateurs qui auront la charge de choisir le meilleur profil pour diriger l’institution.

«La procédure est en cours.» Les assurances de Lamine Fall, un des administrateurs de l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal sur le choix du futur Directeur général de la boîte, ont le don de casser les certitudes. En jetant un faisceau de lumière sur cette procédure «confidentielle», le responsable de l’Ipres fait bouger les convictions et pousse à croire que tout est en train d’être fait dans les règles de l’art. Que Cheikh Guèye, directeur général par intérim depuis le 09 octobre dernier, va bientôt céder son fauteuil à un titulaire. Et peut-être au meilleur profil du pays pour manager l’Ipres. «C’est comme dans les procédures de marchés publics, nous sommes tenu de garder le secret.» Mais selon des sources de L’Observateur, un cabinet a été commis pour recevoir les candidatures, avant de les soumettre au Conseil d’administration, qui devra, conformément à l’article 27 des textes de l’Ipres, choisir le Dg. Une information corroborée par le membre du Conseil d’Administration de l’Ipres. «Le cabinet a fait un appel à candidatures public et les intéressés ont déposé leur dossier. Le cabinet les convoquera et les auditionnera. Maintenant, nous attendons les conclusions du cabinet, qui va nous dresser une short-list sur la base de laquelle nous allons choisir le prochain Dg», confirme Lamine Fall.

Omerta sur la candidature ou non de Amadou Lamine Dieng, le choix récusé du Président

Entre combien de candidats le Conseil d’Administration doit-il choisir ? Amadou Lamine Dieng, le Dg que le chef de l’Etat avait choisi en Conseil des ministres, avant que l’Institution ne le récuse pour faire respecter les formes, a-t-il déposé sa candidature ? Sur toutes ces questions, le membre du Conseil d’administration préfère user de prudence, en respectant la confidentialité de la procédure. «Je ne sais pas. Nous n’avons pas encore le rapport du cabinet», freine-t-il. Tout ce qu’il sait ou accepte de faire savoir, c’est qu’un délai a été imparti au cabinet privé. Sur ce point de la procédure aussi, M. Fall est peu prolixe : «Je n’ai pas très bien suivi le cahier de charges du cabinet, mais je pense que c’était déjà au maximum deux mois pour dresser la short list et le Conseil appréciera.»

Après le départ de Mamadou Sy Mbengue et la nomination avortée de Amadou Lamine Dieng, le Conseil d’administration s’était juste limité à désigner Cheikh Gueye comme intérimaire, sans préciser la durée de l’intérim. Mais Lamine Fall jure que les administrateurs de l’Ipres sont toujours dans les délais. «L’intérim peut durer jusqu’à six mois, conformément à la réglementation. Mais je ne pense pas qu’on va faire six mois, la commission va bientôt statuer», explique-t-il. Une décision qui installera définitivement le remplaçant de Mamadou Sy Mbengue dans son fauteuil de directeur général, après la très contestée nomination de Amadou Lamine Dieng.

Les péripéties d’une bataille de textes
C’est le mercredi 02 octobre dernier que le chef de l’Etat Macky Sall a nommé Amadou Lamine Dieng, directeur général de l’Ipres. L’instant d’après, les syndicalistes de la boite des retraités sont montés au créneau pour protester et rappeler à Macky Sall les textes de l’Ipres, mais aussi que l’Ipres n’est pas une propriété de l’Etat. «Le chef de l’Etat, Macky Sall, n’a pas la prérogative de nommer le Dg de l’Ipres, les textes donnent plutôt ce pouvoir au Conseil d’administration.» Comme une rengaine, ce discours est repris en chœur par les syndicalistes de l’Ipres, qui appellent le Président Macky Sall à un retour à l’orthodoxie, c’est-à-dire au respect des textes de l’institution. Dans la foulée, les syndicalistes rappellent au Président que si la décision d’installer Amadou Lamine Dieng à la tête de l’Ipres se matérialise, elle va constituer une violation grave et flagrante de l’autonomie de gestion des institutions de prévoyance sociale, dont le fonctionnement est fondé sur le tripartisme, un principe essentiel de la démocratie sociale. Au détour d’une rencontre avec les syndicalistes, le week-end qui a suivi la nomination de Amadou Lamine Dieng, Macky Sall leur fera un aveu de taille. En réalité, le décret qui a nommé Amadou Lamine Dieng n’avait pas encore été signé. Ce qui veut dire qu’il n’y a pas de décision nommant Amadou Lamine Dieng. Une déclaration qui a conforté les syndicalistes dans leur position. Le mercredi 09 octobre dernier, c’est-à-dire trois jours après la rencontre entre Macky Sall et les syndicalistes, le Conseil d’administration se réunit et nomme Cheikh Gueye directeur général par intérim. Depuis, il préside aux destinées de l’Institution de prévoyance retraite du Sénégal (Ipres), en attendant que le cabinet privé dresse une short-list pour permettre au Conseil d’administration de faire un choix, dans les tout prochains jours.
CODOU BADIANE



ACTUALITÉS | Exclusivité | People | News | Revue de presse | SCIENCE - TECH | Musique | Contribution | Chronique | Emissions et entretiens | Avis-Communiqué-Publireportage | Zero Stress & Insolite | Religion | Coin des femmes | CUISINE | SERIE TV