LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

COMMENT MIEUX INTÉGRER LA JEUNESSE POUR EN FAIRE UN MOTEUR DE DÉVELOPPEMENT LOCAL ?


Rédigé le Jeudi 3 Septembre 2020 à 12:30 | Lu 864 commentaire(s)



COMMENT MIEUX INTÉGRER LA JEUNESSE POUR EN FAIRE UN MOTEUR DE DÉVELOPPEMENT LOCAL ?
Pourquoi une meilleure intégration de la jeunesse dans les politiques de développement semble-t-elle essentielle ?
Pour répondre aux défis actuels du développement dans toute leur diversité et leur globalité, tout en s’inscrivant dans le temps long, nous n’avons d’autres choix que de mettre en place des politiques qui prennent en compte la jeunesse. La jeunesse est en effet au cœur des problématiques les plus urgentes.

Non seulement les jeunes doivent être la cible prioritaire des politiques de développement mais ils doivent également en être les premiers acteurs. C’est le sens que revêt une politique de développement moderne : donner à la jeunesse les bons leviers pour agir.
Ont-ils une meilleure appréhension des enjeux ?

Ce qui est sûr, c’est que les jeunes font face à des contraintes et des menaces nouvelles. C’est donc notre rôle de stimuler leur capacité à agir dans la cité et d’éliminer quand cela est possible les obstacles et barrières qui les contraignent. Cela va d’ailleurs dans le sens de nombreux mouvements sociaux récents.

Plus globalement, la politique de développement doit réussir à embarquer le plus grand nombre d’acteurs. Les ONG sont déjà mobilisées, les entreprises s’y mettent également, les fondations deviennent de plus en plus incontournables, et maintenant c’est aussi à notre jeunesse de s’emparer de cette politique.

Quels sont les leviers d’action ?
De manière surprenante, la composition des instances consultatives dans le champ du développement n’accorde que très peu de place aux jeunes. C’est pourquoi je propose de créer un collège jeunesse  pour le développement. L’objectif est de leur donner la parole, qu’ils puissent dire comment eux envisagent l’avenir (puisque ce sont eux les premiers concernés), et qu’ils puissent ainsi prendre part au débat sur les enjeux du développement en contribuant directement à la réflexion et bien sûr à l’action.
Il s’agit aussi de réussir à intégrer dans cette dynamique des jeunes de tous les horizons. 

Plus globalement, comment rendre plus efficaces les politiques et programmes de développement ?
L’approche sectorielle a ses limites. Pour privilégier une politique qui cible davantage les populations, il faut aller vers les jeunes, les femmes, les ruraux. Ce changement de paradigme doit permettre de construire des politiques plus transversales, plus complètes, qui prennent mieux en compte la diversité des territoires et des champs d’action.

Pour cela, il faut aussi se donner les moyens de soutenir plus de petits projets. Je crois qu’on a commis une erreur en pensant que la relation de coopération passait uniquement par des projets de taille financière importante.
Nous insistons également sur la nécessité de mieux intégrer les diasporas à la construction de ces politiques…
Comment envisager une politique de partenariat pertinente, qui vise juste, si l’on échoue à impliquer en amont et dans la mise en œuvre de nos politiques tous ceux qui ont un rapport particulier au pays de leur famille ?

"Osons le changement"


Par Amen Boutoupa Camaracounda


ACTUALITÉS | Exclusivité | People | News | Revue de presse | SCIENCE - TECH | Musique | Contribution | Chronique | Emissions et entretiens | Avis-Communiqué-Publireportage | Zero Stress & Insolite | Religion | Coin des femmes | CUISINE | SERIE TV