LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

GUIRASSY ET SONKO ACCULENT LA MINISTRE SOPHIE GLADIMA


Rédigé le Lundi 2 Décembre 2019 à 16:24 | Lu 102 fois | 0 commentaire(s)


Le contrat de Tosyali, la situation à Niokolo Koba et le zircon de Niangrang étaient hier au menu des discussions à l’Assemblée nationale


GUIRASSY ET SONKO ACCULENT LA MINISTRE SOPHIE GLADIMA

Le contrat de Tosyali, la situation à Niokolo Koba et le zircon de Niangrang étaient hier au menu des discussions à l’Assemblée nationale, lors du vote du budget du ministère des Mines et de la Géologie, arrêté cette année à plus de 2 milliards. Les députés Ousmane Sonko originaire de la Casamance et Moustapha Guirassy, député maire de Kédougou ont profité de l'occasion pour acculer le ministre.

Le ministre des Mines et de la Géologie n’a pas été épargnée hier par les députés Ousmane Sonko et Moustapha Guirassy. Sophie Gladima en a pris pour son grade, d’abord avec l’interpellation du député Ousmane Sonko sur le contrat Tosyali. Connu pour la maîtrise des différents sujets, il est revenu sur les termes du protocole d’accord signé par l’Etat du Sénégal avec la société turque sur le fer de la Falémé. "Le protocole d’accord signé par L'État et Tosyali est entre mes mains. Et tel quel, il risquerait de faire des dégâts dans le pays’’, révèle le patron de Pasteef.

A l’en croire, c’est un protocole d'accord qui est traité avec une légèreté anormale. «Il faut savoir que 50% du personnel devra être turc, la contribution du Sénégal aux intérêts du prêt d'investissement bancaire, la prise en charge par la trésorerie du Sénégal, de la garantie accordée aux institutions financières par le prêt d'investissement, la réalisation des liaisons routières et ferroviaires nécessaires pour la viabilisation du contexte, autoriser la réalisation de l'exploitation d'un pôle urbain, prise en charge par l'État des primes de sécurité sociale des employés pour les dix premières années’’, énumère-t-il.

Selon M. Sonko, le protocole fait partie d'un contrat et il serait une catastrophe pour le Sénégal. En l'en croire, il ferait ainsi partie des plus mauvais contrats que le Sénégal aura signés. L’ancien inspecteur des impôts est revenu aussi sur la situation au parc de Niokolo Koba. "Pouvez-vous nous confirmer que des autorisations ont été régulièrement signées par votre prédécesseur ? Est-ce que ces autorisations n’ont pas empiété sur le parc‘", demande le député. Ousmane Sonko s'est étonné que des gens puissent exploiter cette zone pendant tout ce temps, sans être inquiétés.

Pour Moustapha Guirassy, préserver le parc Niokolokoba est plus que jamais une nécessité. Il a invité l’Etat à privilégier les champions locaux qui doivent bien se sentir dans les retombées des exploitations. L’ancien ministre de la Communication a en outre demandé au ministre des Mines de prendre exemple sur la situation de Kédougou. «Nous devons faire très attention.

Pour des questions sécuritaires, nous devons changer de paradigmes », pense t-il, tout en ajoutant qu’il faut une bonne politique de protection de l'environnement. «Il y a toujours des morts d'hommes et d'autres difficultés qui sont notées dans la région »’, informe-t-il. D'autres députés ont également eu à intervenir sur le zircon de Niangrang. Sur cette question, le ministre a tenu à rassurer.’’ Quand nous avions su qu'il y'avait un problème dans cette zone, nous avions écouté la population. Nous n'avons pas encore exploité le zircon’’, renseigne t-elle. Toutefois, Sophie Gladima pense que l’exploitation du zircon deNiangrang sera bénéfique pour les populations de la zone.

SOPHIE GLADIMA, MINISTRE DES MINES :  «TOUS LES POINTS EVOQUES PAR SONKO ONT ETE ENLEVES»

Le ministre des Mines et de la géologie ne s’est pas fait prier pour répondre à l’interpellation du député Ousmane Sonko sur l’affaire Tosyali. «Ce projet était trop lourd et on ne trouvait pas d’investisseur pendant les 3 phases. La première phase ne concerne pas le ministère des Mines. Néanmoins, nous continuons la discussion avec cette société qui travaille, en parallèle, avec le ministère de l’Industrie. Parce que la première phase le concerne », a-t-elle fait savoir lors du vote du budget de son ministère.

A l’en croire Il n’y a rien à cacher. Selon elle, les 20 points du Mou du 9 octobre 2018, ont été ramenés à 13 à l’issue de la rencontre qui s’est tenue avec l’Apix, Tosyali et le ministère des Finances, en juillet 2019. «Cela veut dire que tous les points soulevés par le député Ousmane Sonko n’existent plus dans le protocole. Ce que Ousmane Sonko dit est faux, nous n’avons pas signé de contrat avec Tosyali», poursuit elle. « Je pense que quelqu’un qui voit la lune qui vous dit que je ne la vois pas, vous ne pouvez rien contre cette personne. Ce protocole, c’est juste un démarrage de discussions. Nous avons fait des propositions en trois phases. Une première phase où la société va faire du fer à béton, une deuxième phase où nous allons exploiter les mines pour réduire l’importation et la dernière phase sera la grande production », conclut-elle.




Nouveau commentaire :

Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé