LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

"LA CAF EST DIRIGÉE PAR UNE BANDE D'INCAPABLES"


Rédigé le Samedi 30 Novembre 2019 à 10:45 | Lu 152 commentaire(s)


Pape Diouf évoque l’actualité du foot africain, notamment les dernières décisions du comité exécutif de la Confédération africaine de football. Comme à ses récentes habitudes, l’ancien président de l’OM n’a pas ménagé Ahmad Ahmad et son équipe.


"LA CAF EST DIRIGÉE PAR UNE BANDE D'INCAPABLES"

A la pause d’un débat passionnant sur l’«impact de la prise de parole sur la performance», thème du colloque organisé par Montpellier Business School de Dakar hier à Dakar, Pape Diouf a bien voulu donner un peu de son temps à L’Observateur et beaucoup de son avis sur l’actualité du football africain, dont les dernières décisions du comité exécutif de la Confédération africaine de football (Caf). Comme à ses récentes habitudes, l’ancien président de l’Olympique de Marseille n’a pas ménagé Ahmad Ahmad et son équipe.

Après avoir organisé pour la première fois la Can 2019 en été, la Confédération africaine de football (Caf) envisage déjà de revoir la période de la Coupe d’Afrique des nations (Can) 2021 prévue au Cameroun. La compétition pourrait se rejouer en janvier-février, comme naguère. Incompréhensible, non ?

Pour ma part, je ne pense pas qu’il vaille trouver d’autre raison que l’inconséquence de l’institution (la Caf, Ndlr). Elle avait tout fait pour faire comprendre que la Coupe d’Afrique des nations de football ne doit se disputer qu’en été. Et subitement, la voilà qui fait un pas en arrière. L’institution et ceux qui la dirigent montrent leur inconséquence de plus, puisqu’ils avaient soit raison avant, donc ils ont tort aujourd’hui, ou vice versa. Je pense que la Caf ne mérite pas des égards, depuis que Issa Hayatou (président de la Caf de 1988 à 2017, Ndlr) est parti, c’est une institution qui vit au rythme, non seulement des faux-pas, mais surtout de l’inconséquence.

A l’époque, on nous avait brandi l’argument selon lequel la Can a été décalée au mois de juin pour satisfaire les clubs européens qui se plaignaient de perdre leurs joueurs africains en pleine saison. Est-ce qu’on peut aussi penser que la Caf veut bien changer de date, juste parce que la Fifa compte organiser son nouveau mondial des clubs en juin ?

Ce n’était pas seulement pour ne pas mécontenter les clubs européens, c’était d’après les dirigeants de la Caf, La solution avec un L majuscule. Aujourd’hui, ils reviennent en arrière. Je me demande bien où se trouve la vérité. Est-ce qu’elle était là lorsque la Caf avait décidé de reculer la Can au mois de juin ? ou est-ce que c’est maintenant ? J’ai toujours soutenu que depuis le départ d’Issa Hayatou, nous sommes malheureusement gouvernés par une bande d’incapables qui ne savent absolument pas à quel saint se vouer et qui ne font pas du tout avancer le football africain.

Parler de conditions météorologiques au Cameroun en juin peut être une bonne raison non ?

Ce sont des prétextes fallacieux. Toute décision appelle une explication. Ce qui est plus difficile, c’est de trouver des justifications. Et en l’occurrence, il n’y a aucune justification.

Au regard des changements et revirements auxquels la Caf commence à nous habituer, pensez-vous que le Cameroun organisera la Can 2021 ? Il se murmure depuis quelque temps que l’Algérie serait le plan B ?

Le Cameroun a été victime d’un traquenard. Si on reprend l’histoire de la Coupe d’Afrique des nations, il n’y a pas un pays, hormis l’Afrique du Sud, qui était prêt à la veille du déroulement de la compétition. Arriver à priver le Cameroun de l’organisation de la compétition, c’était là aussi un prétexte, puisqu’il n’était pas difficile à la Caf de trouver les raisons (non-livraison à date due des stades de compétition et d’entraînement, des infrastructures d’accueil aussi, Ndlr). Ces mêmes raisons, on pouvait les trouver lorsque la Can s’était déroulée au Mali. On pouvait les trouver aussi lorsque la Can s’était déroulée en Angola (2010) pour retirer à ces pays-là l’organisation de la compétition. On ne l’avait pas fait. A propos du Cameroun, je crois qu’il y a des objectifs inavoués de la Caf.

Serez-vous surpris si la Caf d’Ahmad Ahmad décide d’organiser la Can tous les quatre ans, comme l’Euro par exemple ?

Avec cette Caf-là, il faut s’attendre à tout. Disputer la Can tous les quatre ans, ça peut être l’objet d’un débat. Je ne suis pas contre ce débat-là. Mais il ne faut pas que ce soit de la part de la Caf, encore une manière de fuir ses responsabilités. Il faut une concertation assez large, mais pas simplement une décision de bureau. Il faut que ce soit une décision comprise et admise par l’ensemble du football africain. Et jusqu’ici, toutes les décisions qui ont été prises l’ont été en catimini.

Et cette décision d’organiser la Supercoupe de la Caf à Doha, au Qatar, elle vous convient ?

Je crois que c’est d’abord une question de finances. Je refuse de comprendre ça parce que la compétition africaine doit se dérouler sur le continent. Aller à Doha, histoire seulement de ramasser des subsides financiers, tout en négligeant l’aspect sportif, me parait être une inconséquence.

A votre avis, c’est quoi le problème de la Caf, l’institution elle-même ou son président, le Malgache Ahmad Ahmad ?

Je ne sais pas s’il y a eu des antécédents avec l’ancien président (Hayatou, Ndlr) ou pas, je ne sais pas si devant sa volonté forcenée d’être novateur, Ahmad Ahmad ne s’est pas sérieusement planté, mais la question mérite d’être posée. On se pose la question, puisque jamais la Caf n’a connu autant de changements en si peu de temps. Des changements qui tous ne vont pas dans le sens du développement du football africain.

Pensez-vous que Ahmad Ahmad est un revanchard qui prend des décisions allant dans le sens d’effacer toutes les traces laissées par son prédécesseur, Issa Hayatou ?

C’est peut-être petit de penser comme ça, mais on finit par penser à ces choses-là.

Qu’est-ce que le football africain peut faire pour se reprendre ?

Reconsidérer la composition de la Caf, changer radicalement cette institution et porter en son sein de véritables personnes désireuses de faire avancer le football africain et non la laisser des gens qui n’ont comme objectif que de défendre leurs intérêts.

Que Fatma Samoura, secrétaire générale de la Fifa, soit mise à la disposition de la Caf pour diriger un audit général de l’instance continentale, peut-il aider ?

Non, ça montre l’incurie qui est aujourd’hui la marque de la Caf. Jamais la Caf n’avait été sous tutelle de la Fifa ! Jamais ! Depuis que la Fifa nous a imposé une personnalité pour surveiller le déroulement des opérations, ça montre un peu qu’en haut lieu, on ne fait plus confiance à la Caf. Donc, nous avons tout à fait le droit de ne plus du tout faire confiance à la Caf.

Selon le quotidien catalan Mundo Deportivo, Lionel Messi aurait remporté le trophée du Ballon d’Or 2019. Ça vous semble logique ?

C’est vrai que Sadio Mané est très méritant. Ce serait une bonne chose pour lui et pour ceux qui l’aiment de le savoir couronné. Sauf qu’un vote reste toujours compliqué. Un vote est toujours difficile à déchiffrer avant. Sur le Ballon d’Or, il faut définitivement s’entendre. Est-ce que le Ballon d’Or doit revenir au meilleur joueur intrinsèquement dans le monde ou est-ce qu’il doit revenir à un joueur qui aura aidé son équipe à obtenir d’excellents résultats durant l’année civile ? Si on considère que le Ballon d’Or doit aller au meilleur joueur du monde, évidemment que Messi le mérite. Et si c’est l’autre hypothèse qui est retenue, on peut penser que Sadio Mané a largement de quoi faire valoir pour gagner le Ballon d’Or.




Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 15 Décembre 2019 - 09:49 Ligue 1 : le Jaraaf encore battu

Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé