LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

«LE CONFINEMENT NE SE DECRETE PAS»


Rédigé le Vendredi 17 Avril 2020 à 14:30 | Lu 55 commentaire(s)


Pour le Dr Ousmane Guèye, directeur du Sneips et par ailleurs membre du Comité national de la gestion des épidémies (Cnge), le confinement total est une option mais il ne peut être décrété que sur la base d’arguments scientifiques et non sous l’impulsion


«LE CONFINEMENT NE SE DECRETE PAS»

Dr Ousmane Guèye, directeur du Sneips et par ailleurs membre du Comité national de la gestion des épidémies (Cnge), le confinement total est une option mais il ne peut être décrété que sur la base d’arguments scientifiques et non sous l’impulsion des sentiments. Interpellé par Sud Quotidien, le patron du Sneips s’est prononcé sur la question du port des masques avant de renseigner que 30 à 50% des appels d’urgences reçus par leurs opérateurs sont des appels parasites et il menace de traquer tous les individus qui se livrent à cette besogne.

La persistance des cas communautaires alimente également le débat sur un éventuel confinement total. Si le Docteur Ousmane Guèye ne réfute pas catégoriquement la possibilité d’un confinement total, il insiste qu’une telle décision doit se fonder sur des bases scientifiques et non être le ressort de nos sentiments. « Nous, notre démarche est fondée sur des arguments scientifiques et c’est important. C’est vrai, c’est un sujet de tout le monde, aujourd’hui tous les intellectuels parlent de confinement. Le confinement ne se décrète pas comme cela. Il faut qu’une telle décision soit basée sur des faits scientifiques, et cela est très important », a renseigné Dr Ousmane Guèye. Et de poursuivre : « il faudrait peut-être voir avec nos épidémiologistes qui sont sur le ter- rain, et qui aujourd’hui peuvent renseigner si cette transmission communautaire est maîtrisée ou pas et si ce n’est pas maîtrisée, ils pourront donner à la Cnge des conseils allant vers un confinement total et nous transmettrons ce rapport aux autorités à qui de droit ». Et le directeur du Sneips d’insister :« On ne fera pas faire aux Sénégalais des gestes inadéquats. Ce qui est important c’est de baser toutes les directives sur des arguments scientifiques».

FABRICATION DES MASQUES MADE IN SENEGAL ET GENERALISATION

La prolifération des masques fabriqués par des couturiers est palpable et la question de son efficacité contre la propagation de Covid-19 se pose. Le chef du Sneips ne réfute pas l’utilisation de ces masques mais insiste sur une homologation de ces masques qui passera par un encadrement de la fabrication avec un cahier de charge précis. « Avec la collaboration de plusieurs industries et de laboratoires, une réunion a été tenue le lundi 13 avril, pour rendre effective la fabrication de ces masques. La collaboration avec les labos et d’autres structures compétentes vont dans le sens de l’homologation des masques avec un cahier de charges très bien précis permettant aux fabricants de confectionner des masques qui correspondent effectivement aux normes ». Et d’ajouter : « mais dans un premier temps il faut qu’on accepte les masques qui sont là, parce que moi je pense qu’il y a un avantage, car ça permet de ne pas contaminer une personne en toussant ou en éternuant ».

 « 50% DES APPELS D’URGENCES…SONT DES APPELS PARASITES»

Des individus mal intentionnés s’accaparent de la ligne des appels d’urgences pour insulter et raconter n’importe quoi, a déploré par ailleurs Dr Ousmane Guèye. « Il y en a beaucoup de ces appels parasites ! Et c’est déplorable et regrettable » a déclaré Dr Ousmane Guèye. Pis, dira-t-il. « Ce ne sont pas des enfants, ce sont des adultes qui prennent la ligne parce que c’est gratuit. On appelle pour injurier les gens, pour dire du n’importe quoi, dire des choses qui n’ont rien à voir avec le coronavirus », a-t-il précisé.

 Poursuivant, le patron du Sneips menace de traquer les sujets qui s’adonnent à cette pratique. « Je pense qu’il est temps que les gens arrêtent, parce qu’on peut tracer ces numéros, on peut les répertorier et demander à l’autorité de prendre des mesures par rapport à cela. Je pense qu’il ne faut pas qu’on arrive à cela. Aujourd’hui, nous travaillons et notre ennemi commun, c’est ce nouveau coronavirus. Aujourd’hui, 50% des appels d’urgences reçus par les opérateurs sont des appels parasites », a averti Dr Ousmane Guèye.

SudQuotidien



Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé