LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

LES MEDECINS CONTRACTUELS EXIGENT LEURS RENOUVELLEMENTS POUR RESTER DANS LES CTE


Rédigé le Samedi 15 Août 2020 à 10:03 | Lu 145 commentaire(s)


A quoi jouent les autorités du ministère de la Santé ? Cette question vaut son pesant d’or, puisqu’au moment où le coronavirus fait des ravages au Sénégal, elles n’ont pas daigné renouveler le contrat des médecins contractuels


LES MEDECINS CONTRACTUELS EXIGENT LEURS RENOUVELLEMENTS POUR RESTER DANS LES CTE

Au moment où la propagation de la maladie du coronavirus connaît une progression vertigineuse, les contrats des 83 médecins contractuels déployés dans les Centres de traitement des Epidémies (Cte) ont expiré depuis le 09 août passé. Et bizarrement, les autorités sanitaires traînent les pieds pour le renouvellement de ces contrats.

A quoi jouent les autorités du ministère de la Santé ? Cette question vaut son pesant d’or, puisqu’au moment où le coronavirus fait des ravages au Sénégal, elles n’ont pas daigné renouveler le contrat des médecins contractuels. Un contrat qui est d’une durée de 03 mois renouvelables. Actuellement, les médecins contractuels travaillent sans contrat et cela risque de compliquer davantage la stratégie de riposte face à la Covid-19.

Selon leur coordonnateur, Dr Ousseynou Sarr, 82 médecins contractuels sont déployés dans les différents Centres de Traitement des Epidémies (Cte), notamment à Dalal Jamm, au Hangar de Yoff, à Kaolack, à Ziguinchor et au Novotel. Il n’y a que le Cte de Diamniadio qui n’avait pas de médecins contractuels. «La durée du contrat était de trois mois renouvelables. Nous avons saisi le ministère, mais nous n’avons pas trouvé d’interlocuteurs», se désole-t-il tout en trouvant cette situation déplorable, surtout en cette période de crise sanitaire. «Nous avons l’information selon laquelle ils attendent que les chefs de service des Cte écrivent une note pour émettre le souhait de nous reconduire. Mais cela devait être fait depuis longtemps, car ils savaient que les contrats allaient se terminer le 09 août», indique Dr Ousseynou Sarr.

En tant que médecin traitant dans les Cte, il a été interpellé sur la hausse des cas issus de la transmission communautaire. La réponse, selon lui, se trouve dans le fait que les gens ne respectent plus les mesures. «Certains mêmes ne croient pas à l’existence de la maladie.» Par ailleurs, le ministère de la Santé a annoncé hier, lors de son point journalier, que sur 1 730 tests réalisés, 153 sont revenus positifs, soit un taux de positivité de 8,54%.

 Il y a eu 47 cas contacts et 106 cas issus de la transmission communautaire. Ziguinchor 11, Bignona 7, Mbour 7, Almadies 6, Saint-Louis 6, Kédougou 5, Kolda 4, Thiès 4, Dakar Plateau, Kaolack, Khombole, Hlm, Maristes, Medina, Ouakam ont 3 cas ; Dieuppeul, Hlm Grand Yoff, Keur Massar, Liberté, Richard-Toll, Tivaouane ont 2 cas ; Ben Tally, Bopp, Bounkiling, Centenaire, Cité Fayçal, Diouloulou, Fann Hock, Grand Yoff, Guédiawaye, Mékhé, Mermoz, Ouest Foire, Oussouye, Patte d’Oie, Popenguine, Rufisque, Sacré-Cœur, Sicap Baobab, Sokone, Thiadiaye, Touba, Yoff et Vélingara ont respectivement un cas.

Les services de réanimation accueillent 51 patients dont l’état clinique est jugé grave. 02 nouveaux décès ont été enregistrés au cours de la journée du mercredi. Par ailleurs, 49 patients hospitalisés ont été contrôlés négatifs et déclarés guéris.

A la date d’hier, le Sénégal a recensé 11 740 cas positifs dont 7 572 guéris, 244 décédés et donc 3 923 sous traitement.



Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé