LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Le bassin arachidier reste le poumon de l’agriculture sénégalaise


Rédigé le Vendredi 16 Octobre 2020 à 17:42 | Lu 163 commentaire(s)



Le bassin arachidier reste le poumon de l’agriculture sénégalaise

En termes de contribution à l’agriculture sénégalaise, le bassin arachidier, c’est-à-dire l’axe Kaolack-Nioro-Kaffrine, continue de tenir le haut du pavé, selon Dr Ibrahima Mendy. Cependant, fait-il remarquer, le bassin arachidier est en train de se déplacer vers le sud-est, donc Tambacounda, Sédhiou et Kolda. Autrement dit, les productions d’arachide et de riz sont en train d’augmenter dans ces zones. Pour le riz, souligne le directeur de la Dapsa,  sa culture s’étend de plus en plus sur l’ensemble du territoire national. « Auparavant, quand on parlait du riz, on pensait à la zone sud, au sud-est et à la vallée du fleuve. Mais, depuis 2012, on a constaté une poussée de cette culture surtout le riz de plateau dans le Saloum, particulièrement entre Nioro, Foundiougne, Fatick, et un peu à Thiès », explique-t-il. Délaissée pendant longtemps, la culture du riz de plateau est donc de plus en plus valorisée. Dr Mendy est persuadé que si elle est développée, il peut contribuer à l’atteinte de l’objectif d’autosuffisance en riz cher aux autorités. « C’est une culture qui n’a pas besoin beaucoup d’eau. On peut le cultiver là où on produisait de l’arachide en utilisant des variétés hâtives comme le nérica 1,2 et 3 », confie-t-il.

Elh. I. THIAM            



Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé