LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Les échanges tendus entre Gana Gueye et Mahrez dévoilés ! (Vidéo)


Rédigé le Dimanche 2 Mai 2021 à 12:33 | Lu 156 commentaire(s)



Les échanges tendus entre Gana Gueye et Mahrez dévoilés ! (Vidéo)
Expulsé pour une faute sur Ilkay Gündogan lors de la demi-finale aller de Ligue des champions, Idrissa Gueye, le milieu du PSG, s’est expliqué avec Riyad Mahrez, l’attaquant de Manchester City.

Malgré une première période de haute volée, le Paris Saint-Germain s’est effondré pendant le second acte, dans le cadre de la demi-finale aller de Ligue des champions face à Manchester City. Au final, les Parisiens se sont inclinés face aux Citizens (1-2), sur leur pelouse du Parc des Princes (huitième revers cette saison à domicile). Une fin de match âpre et disputée, en témoigne le carton rouge récolté par Idrissa Gueye, le milieu du PSG, qui sera absent pour la manche retour. Les échanges tendus autour de cette exclusion du Sénégalais ont été dévoilés.

Lors d’un documentaire diffusé par RMC Sport, les caméras ont pu capturer les échanges entre les joueurs, mêlant Riyad Mahrez (Manchester City), Mitchel Bakker (PSG), et Idrissa Gueye (PSG). Dès la grossière faute commise par le Sénégalais sur Ilkay Gündogan, l’attaquant algérien indiquait à l’arbitre “Allez vérifier (la faute)”, repris immédiatement par le milieu du PSG : “Mais tu crois qu’il y’a quoi ?”. “Wallah y’a faute de fou”, rétorque le numéro 26 des Citizens, “bien sûr il y’a faute, j’ai pas fait exprès mais il y a faute, c’est bon”, expliquera Gueye dans la foulée.

Après une nouvelle demande de vérification de la part de Mahrez à l’arbitre de la rencontre, c’est au tour de Mitchel Bakker d’intervenir : “Pourquoi tu demandes ça. Tu n’as rien vu”. Ce à quoi l’ailier de Manchester City répondra : “Vas y va là-bas toi. C’est qui ce mec ?”. Malgré tout, le carton rouge sera adressé à Idrissa Gueye, synonyme d’exclusion et de suspension pour le match retour.


En quittant la pelouse, le milieu sénégalais lâchait : “Il faut qu’ils soient un peu des hommes, c’est bon ! On se fait tourner comme pas possible, il n’y a personne qui bouge”. Des scènes de tension apparentes, qui devraient se répéter mardi prochain.



Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé