LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

M. LE PREMIER MINISTRE, LE PILOTE AUTOMATIQUE A ÉTÉ DÉCLENCHÉ AVANT L’ALTITUDE REQUISE...(PAR MOHAMED DIA)


Rédigé le Mercredi 21 Novembre 2018 à 16:57 | Lu 166 commentaire(s)


Au stade ou le Sénégal en est, il lui est impossible d’émerger selon votre « modèle économique » - Il n’est pas difficile de développer le pays si nous arrêtons la politique politicienne


M. LE PREMIER MINISTRE, LE PILOTE AUTOMATIQUE A ÉTÉ DÉCLENCHÉ AVANT L’ALTITUDE REQUISE...(PAR MOHAMED DIA)

George Orwell disait : le discours politique est destiné à donner aux mensonges l'accent de la vérité, à rendre le meurtre respectable et à donner l'apparence de la solidarité à un simple courant d'air. 

En répondant à une tribune intitulée « Le plan d’infrastructures de Macky Sall envoie le Sénégal droit dans le mur », le Premier ministre avait tenu ces propos : « A partir des années 1980, trois économistes désormais entrés dans l’histoire : Lucas, Romer et Barrow, considérés comme les théoriciens de la croissance endogène, ont démontré de manière séparée que le processus de croissance économique une fois enclenché, pouvait s’auto-entretenir et être ainsi durable, si le processus cible de manière intelligente et coordonnée le capital physique, le capital humain et le capital technologique ». Il a parfaitement raison. Cependant, est-il possible de mettre un avion qui n’a pas encore décollé en mode pilote automatique ?

La croissance endogène dont le PM nous parle

La croissance endogène est une théorie qui prend en considération quatre facteurs explicatifs de la croissance que sont les rendements d’échelle, l’intervention judicieuse de l’État, la recherche ou l’innovation et le capital humain. Selon Romer, la théorie du « learning by doing » qui avait été déjà formulée par Arrow en 1962 est capital pour une croissance endogène, car avec la production, les entreprises gagnent en expérience. Cette expérience leur permet d’être plus performantes et aussi l’effet d’imitation sera un aspect positif pour les autres entreprises dans le marché. Selon Lucas, il faut plutôt faire de telle sorte que chaque individu soit éduqué comme le modèle du capital humain de Becker. Cette population investira dans l’éducation au lieu de la consommation pour favoriser la productivité sociale au dépens de la productivité privée. Pour Barrow, la dépense publique est productive et donc doit être considérée comme un des facteurs de la croissance. Il pense que le capital humain, les infrastructures et la communication présentent un effet cumulatif qui augmentera la croissance qui à son tour élargira les recettes fiscales qui accroîtront les recettes publiques, dépenses publiques et qui favoriseront la croissance.

Et le Sénégal dans tout ça

Faisant partie des pays les plus pauvres, le Sénégal peine toujours à décoller. Sa capitale, Dakar, représente 0.3 % du territoire national et abrite plus de 25 % de la population. L’incapacité de l’Etat à construire des infrastructures appropriées pour faire face à la démographie croissante est l’une des raisons principales de la naissance de Diamniadio. Nonobstant la création de cette cité qui est une bonne vision pour la décentralisation, cela risque de devenir un problème dans l’avenir avec l’urbanisation croissante. Nous voulons éviter que cette même vision soit portée par le prochain président, que cela soit le président Sall ou un autre président, vu que la population actuelle est de plus 15 millions d’habitants avec un taux de croissance d’environ 3 % par année.

Pour une émergence durable, il faut construire sur des bases solides. Les infrastructures sont certes une nécessité pour le développement de l’économie et de l’amélioration des conditions de vie des citoyens, mais le Sénégal est dans cette lancée depuis l’an 2000. Si dix-huit ans plus tard, notre croissance est toujours relativement fragile, les niveaux de vie des Sénégalais toujours bas, la pauvreté endémique, le taux de chômage toujours élevé, nous pensons qu’il est temps de chercher les solutions ailleurs. Nous ne disons pas que nous n’avons pas besoin d’infrastructures, bien au contraire, le manque d’infrastructures est un frein au développement, mais il faut savoir identifier les infrastructures prioritaires. Au lieu de créer seulement des infrastructures de nouvelle génération pour faire face à l’exode rural, l’Etat devrait aussi corrélativement essayer d’encourager l’exode urbain en développant les régions pour que la tendance soit inversée. Les régions doivent être dotées d’infrastructures adéquates pour que les industries puissent s’y implanter. Tous les programmes mis en place par le gouvernement (CMU/Bourses Sociales, PUDC, CAPSU, PUMA, Promovilles) sont des programmes nécessaires pour la plupart, mais il faudrait aussi penser à comment arrêter les subventions et faire de chaque citoyen un acteur de développement.

Que faire ?

Nous pensons qu’au stade où nous en sommes, il est plus sage d’utiliser « le modèle de l’industrialisation fondé sur la promotion des exportations ». Ce modèle a été utilisé par les pays de l’Asie de l’Est qu’on appelle les pays nouvellement industrialisés (Corée du Sud, Singapour, Taïwan et Hong Kong). Nous devons davantage investir dans les infrastructures de santé et d’éducation pour avoir une base solide puis nous pourrons élever ce que nous désirons sans risque d’effondrement. Les fondements de l’émergence résident dans les changements sociaux, politiques, économiques et institutionnels pour une image saine de notre nation qui attirera les investisseurs nationaux et étrangers. Le Sénégal étant un pays religieux, il est difficile voire même impossible de parler de réduction de la population et dans ce cas la solution est de faire en sorte que chaque citoyen puisse avoir un emploi décent. Cela permettra aux parents d’offrir une meilleure scolarisation à leur progéniture et l’Etat n’aura pas à subventionner tous les secteurs pour venir en aide aux plus faibles. Il est aussi impératif de se frotter aux pays plus riches pour le transfert des technologies pour mieux produire. Cela boostera notre croissance économique et favorisera la création des PME. Il faut reformer l’éducation et faire de telle sorte que chaque enfant aille et reste à l’école que cela soit en langue française ou en langue nationale. Les bourses familiales octroyées requièrent que l’enfant aille à l’école aussi, mais c’est une mauvaise politique, car cela n’a pas été fait de manière concrète mais plutôt électoraliste. Le développement d’un pays ne dépend pas de ressources naturelles disponibles en abondance, car nous avons vu des pays sans ressources naturelles se développer. Un pays qui est en bonne santé, qui s’assure que sa population est éduquée a plus de chance de se développer sans ressources naturelles et a plus de chance à se développer plus vite avec des ressources naturelles. Tant que nous ne sortons pas de ce cercle vicieux de « boule-de-neige », nous pouvons dire au revoir au développement. Notre population n’est pas abondante donc il suffit de booster le secteur privé pour que la majorité ait accès à des emplois décents.

Enfin

Monsieur le Premier ministre, au stade ou le Sénégal en est, il lui est impossible d’émerger selon votre « modèle économique » qui n’en est vraiment pas un. Nous ne pouvons pas copier le modèle des pays déjà industrialisés pour aspirer au développement. Nous pouvons cependant copier le modèle des pays qui nous ressemblaient au moment où ils aspiraient à émerger comme la Corée du Sud. Nous allons bien sur ajuster le modèle économique selon nos propres réalités socioéconomiques et culturelles. Il n’est pas difficile de développer le Sénégal si nous arrêtons la politique politicienne. Vous n’allez même pas avoir besoin de battre une campagne car le bilan réel sera ressenti à travers le pays. Si les hauts fonctionnaires sont en train de sillonner le pays au lieu de travailler, c’est parce que le bilan est superficiel et il faut le justifier. Les Arabes disaient : chercher à se justifier quand on n’est pas coupable, c’est s’accuser.

Mohamed Dia est consultant bancaire




Dans la même rubrique :
< >

Samedi 15 Décembre 2018 - 09:35 Par passion ! (Par Lass Badiane)

Vendredi 7 Décembre 2018 - 11:19 PAR NOTRE DÉTERMINATION, KHALIFA SERA CANDIDAT

ACTUALITÉS | Exclusivité | People | News | Revue de presse | SCIENCE - TECH | Musique | Contribution | Chronique | Emissions et entretiens | Avis-Communiqué-Publireportage | Zero Stress & Insolite | Religion | Coin des femmes | CUISINE | SERIE TV