LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

ME BABACAR NDIAYE MONTE AU FILET


Rédigé le Lundi 18 Mai 2020 à 14:53 | Lu 35 commentaire(s)


De la reprise des compétitions, la possibilité d’une subvention pour le basket, au contrat du nouveau seletionneur Boniface Ndong, en passant par l’affaire Baba Tandian, le patron du basket a fait le point.


ME BABACAR NDIAYE MONTE AU FILET

Deuxiéme invité du forum «Club de la presse sportive» organisé ce samedi 16 mai par l’Association nationale de la presse sportive du Sénégal (ANPS), le président de la Fédération sénégalaise de basketball, Me Babacar Ndiaye a fait le round-up de l’actualité de la discipline de la balle orange. De l’étude d’un possible reprise des compétitions, de la possibilité d’une subvention pour le basket, au contrat du nouveau seletionneur Boniface Ndong, en passant par la suite à donner à la sanction à l’encontre de l’ancien président Baba Tandian, le patron du basket a fait le point.

REPRISE DE LA SAISON DE BASKET : UNE QUESTION A L’ETUDE

«J’avais demandé  au  Directeur technique national ; Moustapha Gaye de faire un rapport et il l’a déposé avant-hier (jeudi, Ndlr). Au président de la Commission médicale Charles Kinkpe, on avait demandé de nous faire un rapport circonstancier pour voir s’il est possible ou pas de continuer la saison. J’ai reçu son rapport aujourd’hui (samedi). J’avais également envoyé une correspondance aux clubs et présidents de Ligues régionales pour qu’ils nous fassent parvenir leurs avis et suggestions. Nous voulons que ça soit une participation inclusive et nous attendons les réactions des clubs.

COVID-19 ET SUBVENTIONS : «LA FEDERATION EST IMPACTEE»

«Nous ne sommes pas le football qui a reçu beaucoup d’argent de la FIFA. Mais, nous sommes en train de travailler sur un document que nous allons soumettre au ministre des Sports pour demander une subvention afin d’aider les clubs qui ont souffert de la situation, mais aussi la Fédération qui a été impactée. Ce qui s’est passé cette année est extrêmement difficile pour la Fédération. Le virus est arrivé au moment où nous discutions avec nos partenaires sur les contrats de sponsoring. Nous n’avons signé aucun contrat et nous avons fonctionné sur fonds propres pendant les premières journées de championnat. Nous pensons que les discussions pourraient continuer avec les sponsors à la fin de cette épidémie».

SANCTION CONTRE BABA TANDIAN : VERS UNE «SECONDE LECTURE»

«A la suite de la sanction prise par la Fédération, il y a eu des bonnes volontés surtout la présidente de la Zone 2, Rokhaya Pouye, qui a fait en sorte que je puisse rencontrer M. Tandian en présence de quelques membres de la FSBB. Je ne peux pas aussi dévoiler le contenu de nos discussions, mais nous avons parlé entre responsables. A la fin de la réunion, la présidente de la Zone 2 a émis le souhait de voir la Fédération  réviser la décision prise à l’encontre du président Tandian. Nous travaillons sur la fin de la saison. Dès que cette question sera réglée, je convoquerai une réunion de Bureau pour étudier cette affaire. Les textes de la Fédération permettent au président de soumettre au Bureau fédéral toute décision prise en seconde lecture». 

 SECRETAIRE GENERAL : «UN POSTE SENSIBLE…»

 «En ce qui concerne le poste de Secrétaire général, le ministre des Sports s’est prononcé. C’est un poste sensible qui demande beaucoup de compétences  : intellectuelles, droit de réserve, connaissance de l’outil informatique, maîtrise de l’anglais. Lorsque l’ancien SG, Mamadou Fall, a rejoint le ministère des Sports pour nécessité de service, le bureau fédéral avait demandé au SG adjoint Ibrahima Niang de faire fonctionner le secrétariat. Il l’a bien fait et ce n’est pas facile. Ibrahima Niang a toujours fait son travail de manière correcte et efficace».

LIMITATION DES MANDATS... «8 ANS, CE N’EST RIEN DANS LA CARRIERE D’UN DIRIGEANT SPORTIF»

«Nous devons être lucides et faire une analyse objective de la situation. Nous avons dans nos textes l’article 18 des Statuts de la FSBB qui limite  le mandat des membres du Comité directeur à deux. Le texte du basket tel que c’est libellé, on ne peut pas revenir même après avoir fait deux mandats. Ce qui fait 8 ans et ce n’est rien dans la carrière d’un dirigeant sportif. Ensuite, il n’est pas bon de se débarrasser de toutes les personnes ressources et hommes d’expérience dans une fédération. Si tout le monde part après deux mandats, on n’aura jamais dans la fédération des gens expérimentés et qui ont la carrure d’aider la structure. Il faut noter aussi qu’il y a une discrimination entre les différentes fédérations. On ne peut pas constituer une exception, non pas sénégalaise mais mondiale».

EQUIPES NATIONALES : «ON NE PEUT PAS PARLER DE PROBLEMES DE MOYENS»

«2021 est une année chargée sur le plan international avec les deux Afrobasket (hommes et dames), sans oublier le TQO masculin. En termes d’objectifs, nous sommes en train de discuter avec le Directeur technique national et sélectionneur des filles, si on doit rajeunir à 100% ou à moitié pour avoir des objectifs de reconquête du titre ou de montée sur le podium. Cette question n’est pas totalement tranchée mais elle le sera sous peu. Pour ce qui est des garçons, quand on discutait avec le sélectionneur, il fallait se mettre d’accord sur les objectifs. L’objectif est de se qualifier au 2ème tour des TQO et pour l’Afrobasket de reconquérir le titre. Je voudrais apporter des précisions car, j’entends  beaucoup de choses sur l’équipe nationale masculine. On ne peut pas parler de problèmes de moyens pour le basket sénégalais. On ne peut pas mettre l’équipe nationale dans de meilleures conditions que celles de l’Afrobasket masculin 2017. Il faut avoir le courage et l’honnêteté de le dire. En 2017, les Lions se sont regroupés dans un hôtel 4 étoiles à Dakar, suivi d’un stage en Espagne pour une préparation, retour à Dakar pour les phases de groupes, avant de rejoindre la Tunisie pour les phases finales. A Tunis, nous étions la seule équipe à avoir son propre réceptif et les joueurs étaient dans d’excellentes conditions. Avant l’arrivée de Matar Bâ, les primes au basket était de 150.000 ou 200.000 francs par match gagné. Je suis président depuis 2015, mais j’ai fait plus de 30 ans dans le basket. J’ai suivi plusieurs Afrobasket en tant que passionné. Je connais les primes qui ont été payées en 2013 à Abidjan. Les primes ont été multipliées par 5, voire par 10. Aujourd’hui,  nous ne devons aucune prime aux joueurs. Maintenant, il faut discuter avec le staff technique, les joueurs et l’encadrement administratif pour voir là où ça casse. Si on doit justifier la non reconquête du titre par l’absence de conditions, je pense qu’on fait fausse route. L’équipe a été toujours mise dans des conditions de performance. En 2014, la prime de participation à la Coupe du monde était de 1 million. En Chine (en 2019), les primes sont passées de 1 à 5 millions et malgré tout, il y avait du bruit. Je me suis battu auprès de la tutelle pour avoir cette augmentation. On méritait d’être félicité, mais on n’a pas été compris».

CE QUE BONIFACE M’A DIT….

«C’est un contrat qui devra courir jusqu’à la fin de l’Afrobasket 2021. Boniface est un perfectionniste. Il m’a dit président : si je ne peux atteindre les objectifs que je me suis fixé, je vais laisser la place à quelqu’un d’autre. Je compte beaucoup sur lui.  Je pense qu’il peut atteindre ses objectifs s’il est aidé, car il est rigoureux et méthodique. Il n’a pas insisté sur l’argent. Il veut un encadrement de qualité, un analyste vidéo, un bon adjoint. Il est en train de discuter avec un entraîneur espagnol qui était dans l’encadrement de Barcelone».

 INFRASTRUCTURES : «SE FELICITER DE LA CONSTRUCTION DE DAKAR ARENA »

«Il faut d’abord se féliciter de la construction de Dakar Arena suite à la victoire des Lionnes en 2015. On courait derrière une salle de basket depuis presque 20 ans. On a montré que Dakar Arena n’était pas assez grand pour le basket, car on a pu remplir la salle. Le basket occupe une place importante dans le cœur des Sénégalais. Il faut noter aussi que nous avons un bon parquet à Marius Ndiaye, offert par Amadou Gallo Fall. Marius Ndiaye est au cœur de la ville et je ne vois pas l’utilité d’aller jouer à Dakar Arena les matches de championnats avec toutes les difficultés que cela engendre».

LIGUE PROFESSIONNELLE DE BASKET : UNE QUESTION EST A L’ETUDE

«On  peut envisager la création d’une ligue de basket professionnel au Sénégal. Aujourd’hui, le basket paie des salaires supérieurs à ceux du football. Je connais des clubs qui paient des salaires de 500 000 ou 700 000 francs. On a près de 7 clubs qui paient des salaires et il y a une possibilité de faire un championnat professionnel ou semi-professionnel. On peut trouver 8 clubs pour faire du professionnalisme. Cette question est à l’étude et on verra d’ici la fin de ce mandat, les possibilités qui se présentent pour créer une ligue professionnelle».

LA VIOLENCE… «NOUS SOMMES ENGAGES DANS LA LUTTE »

 «C’est une chose que nous regrettons, fédéraux et responsables de clubs. Il n’y a pas eu trop de violence parce nous avons pu modérer les supporters. Quand la sensibilisation n’a pas eu d’effets, la fédération a sanctionné lourdement.  Le Duc et l’AS Douanes ont été sévèrement sanctionnés à l’époque. On a même arrêté une finale Duc–Douanes pour des jets d’eau. Le trophée a été remis à l’AS Douanes. Les clubs étaient tous informés et cela montre que nous sommes engagés dans la lutte contre la violence dans les stades. Nous ne lésinerons pas sur les moyens pour combattre ce fléau». 

 «LE SENEGAL CLASSE DANS LA CATEGORIE A DES FEDERATIONS»

«Nous avons fait d’excellents résultats depuis 2015. Les Lionnes ont été championnes en 2015 et deux fois vicechampionnes (2017 et 2019). Elles ont atteint les 8èmes de finale de la Coupe du monde en 2018, sans compter une participation aux JO de 2016. Le Sénégal est présent sur toutes les compétitions internationales. Il a été félicité lors du Congrès de la FIBA en Chine pour sa gestion du dernier Afrobasket. Nous sommes classés dans la catégorie A, soit le meilleur classement pour une fédération.»



Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé