LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Mamadou Alpha Kane, responsable de Bamtaaré, service pôle Casamance : « Le PADAER a eu à réaliser des aménagements hydroagricoles avec des rendements pics de 2 à 3 tonnes à l’hectare. »


Rédigé le Mercredi 16 Décembre 2020 à 09:46 | Lu 217 commentaire(s)



 Mamadou Alpha Kane, responsable de Bamtaaré, service pôle Casamance : « Le PADAER a eu à réaliser des aménagements hydroagricoles avec des rendements pics de 2 à 3 tonnes à l’hectare. »
Dans le cadre du partenariat avec le PADAER II (programme d’appui au développement agricole et à l’entreprenariat rural), nous nous sommes entretenus avec Bamtaaré service pour aborder ce partenariat. Ainsi, son responsable Amadou Alpha Kane est revenu au cours de l’entretien sur les tenants et aboutissants de cette relation quk concerne toute la chaine allant de la mise en place des intrants aux conseils techniques agricoles. Les bons résultats agricoles de cette année avec la crise de la pandémie à coronavirus, devraient éviter au Sénégal la récession.

À en croire Alpha Amadou Kane, « dans le cadre du partenariat avec le PADAER, Bamtaaré service est partenaire technique depuis la première phase du projet en tant que conseiller agricole. Et pour cette deuxième phase, nous sommes encore présents pour accompagner les organisations paysannes (OP) bénéficiaires du PADAER II pour l’accès aux intrants, à la formation sur les bonnes pratiques agricoles. Ainsi cette année, 119 sous-projets ont été retenus sur 204 recensés avec des cités spécifiques au PADAER. C’est pourquoi, nous nous sommes retrouvés avec 2.000 ha environ emblavés pour toutes spéculations confondues (maïs, niébé, riz) pour la campagne agricole 2020/21. Ces bons résultats agricoles peuvent nous éviter la récession avec la crise sanitaire de cette année. Nous pensons que tous les greniers seront remplis avec ces bons rendements et les producteurs pourront vendre le surplus. » 

Revenant sur les résultats, il précise : « en termes de résultats, on peut dire que la campagne a été très satisfaisante. Toutes les spéculations cultivées sont tributaires de l’hivernage voire de la pluie. Et cerise sur le gâteau, nous constatons cette année que l’ensemble des postes pluviométriques ont été excédentaires. À cela s’ajoute la mise en place à temps des intrants qui ont été reçus par les producteurs. Mais également, ils ont semé à temps en respectant les bons conseils agricoles donnés par Bamtaaré.» 

Dans la foulée, il atteste cet espoir suscité chez les producteurs par les facteurs cités ci-dessus. « On peut conclure que cette année est exceptionnelle par rapport aux années précédentes. Pour l’apprécier, on a eu à faire des expériences sur le rendement pour avoir des résultats prévisionnels. Et ceux-ci nous ont donnés entière satisfaction, car si on prend le riz de plateau nous avons des rendements qui affleurent les deux tonnes.  Et cela n’a été possible que grâce à la réalisation d’aménagements hydroagricoles par le PADAER qui contribuent à la maitrise partielle de l’eau. Et nous avons constaté que cette année, les ouvrages ont tellement joué leur rôle qu'ils nous ont offerts des rendements pics de 2 à 3 tonnes à l’hectare. Pour le maïs nous avons aussi des rendements compris entre deux à 3 tonnes. » 

Il y a eu quelques difficultés dans le versement de certaines organisations paysannes qui ont été pénalisées du fait que la date échue était à terme. L’année prochaine « nous prendrons toutes les dispositions pour la mobilisation du maximum d’apports... »


Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé