LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Ministère de la santé et de l’action social : le budget revu à la hausse de 2.363.824.623 F CFA


Rédigé le Jeudi 24 Novembre 2022 à 10:35 | Lu 21 commentaire(s)



Ministère de la santé et de l’action social : le budget revu à la hausse de 2.363.824.623 F CFA

Le projet de budget 2023 du ministère de la Santé et de l’Action Sociale est arrêté à 272 474 429 117 F CFA en autorisations d’engagement (AE) et 242 474117 F CFA en crédits de paiement (CP). Contrairement en 2022, le budget a été revu à la hausse avec une augmentation en valeur absolue de deux milliards trois cent soixante-trois millions huit cent vingt-quatre mille six cent vingt-trois francs (2.363.824.623 F CFA) soit 0,9% en valeur relative.

Le plafond autorisé d’engagement du budget général fixé dans la Loi de Finance 2023 est d’environ six mille quatre cent milliards francs (6 400 000 000 000 F CFA). Ainsi, la part du budget général alloué à la santé est de 4,25 %. Même si le budget santé alloué aux autres secteurs est pris en compte, ce taux n’atteindra pas 6 %, ce qui constitue une régression par rapport aux années précédentes et un éloignement de la norme de 15 % ciblée. Afin de réduire le fardeau des dépenses de santé sur les ménages, la part du budget de l’État allouée à la santé devra être revue significativement à la hausse afin de tendre vers l’objectif de 15 %.

Par programme, ce projet de budget est réparti comme suit : programme 1020 : pilotage, Coordination et Gestion administrative pour exercice 2023, les crédits dudit programme sont arrêtés 45 198 679 021 F CFA en AE et en CP. Programme 2064 : santé, de Base Pour, l’exercice 2023, les crédits du programme santé de Base sont arrêtés a 115 231 940 458 F CFA en AE et en CP. Programme 2066 : santé de Référence Pour l’exercice 2023, les crédits 108 584 003 407 F CFA en AE et 78 584 003 407 FCFA en CP. Programme 2067 : protection sociale pour l’exercice 2023, les crédits du programme Protection sociale sont arrêtés à 3 459 806 231 F CFA en AE et en CP.

Abordant le projet de budget, Dr. Marie Khémesse NGOM NDIAYE, ministre de la Santé et de l’Action sociale, a indiqué que l’examen du bilan financier de la gestion en cours, au 30 septembre 2022, révèle un taux d’exécution global du budget de 64,32 %. Elle a toutefois rappelé que ce taux va sensiblement augmenter à la fin de l’exercice, avec une projection de l’ordre de 95 %.

En outre, Madame le Ministre a précisé qu’avec la fermeture de l’hôpital Aristide Le Dantec, des blocs opératoires ont été ouverts respectivement aux centres de santé de Mbao et de Keur Massar. Sur les centres de transfusion sanguine, elle a indiqué que des efforts sur le plan budgétaire ont été consentis, soulignant qu’il faut nécessairement les décentraliser, avant d’inviter nos compatriotes à effectuer régulièrement le don de sang. S’agissant de l’hôpital de Ninéfécha, Madame le Ministre a informé que la télémédecine y avait été testée par les équipes de l’hôpital Principal de Dakar, sur la formation du personnel de santé, elle a rappelé qu’il faut, pour être infirmier ou sage-femme, le baccalauréat plus trois (3) années d’études et au moins huit (8) années d’études pour le médecin.

Au sujet de l’accueil des patients et accompagnants au niveau des structures sanitaires, elle a souligné la nécessité d’établir un climat de confiance entre le personnel de santé et les populations.



Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé