LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Moutons Tabaski 2018: Des prix hors de portée angoissent les Sénégalais


Rédigé le Jeudi 9 Août 2018 à 16:17 | Lu 56 fois | 1 commentaire(s)


La Tabaski est généralement la foire aux bonnes affaires. Des citoyens deviennent des opérateurs économiques de fortune en tentant le coup d’une «opération Tabaski». Cette floraison d’hommes d’affaires a fait essaimé les tentes dans tous les coins et recoins de la capitale sénégalaise. Néanmoins, les prix semblent hors de portée du Sénégalais lambda malgré la gratuité des points de vente et autres facilités octroyées par le gouvernement aux vendeurs de moutons.


Moutons Tabaski 2018: Des prix hors de portée angoissent les Sénégalais
 Des foirails à tout bout de champ. La capitale sénégalaise est méconnaissable sur certains grands axes. Des tentes. Des bêlements de moutons. Des foules éparses sur certains ronds-points. Le décor de Tabaski est planté. 
  
10h 30mn au foiral des deux voies de Liberté 6. Des moutons qui forcent l’admiration sont bien disposés dans des tentes. Différentes races visibles. Des Laadoums, Azawats, Bali-bali, Tulabeers, Peul-peuls…  A première vue, on se dit que ces moutons ne sont pas destinés à la petite et moyenne classe. «Les moutons sont cédés en fonction de leur race et de leur état de forme». Masseck Diop se déplace dans sa tente et se met à caresser une bête. «Vous voyez, celui-là coûte 1.5 millions Fcfa. C’est un ‘’laadoum’’ et il est de couleur blanche de surcroît», avance-t-il fièrement. Et d’avouer : «c’est, certes, très cher, mais il y en a qui choisissent cette race». 
  
A quelques encablures. Vers la prison pour femmes de Camp pénal toujours dans les environs de liberté 6, c’est le même décor, le même ordre de prix encore. «Ils varient entre 100.000 et 4 millions Francs Cfa», déclare notre interlocuteur qui tient à préciser que «l’entretien de ces bêtes requiert beaucoup de moyens. Et il faut reconnaître que ces moutons sont beaux à voir». 
  
 
 
 
Moutons Tabaski 2018: Des prix hors de portée angoissent les Sénégalais
L’aliment de bétail à plus de 10.000 francs/le sac
  
Masseck Diop s’est transformé en «téfanké (vendeur de moutons)». Après 16 ans de services à Sonacos, ce natif du Walo a fait un départ volontaire. Il s’est désormais consacré à l’élevage. Un héritage de son défunt père. 

Râteau à la main, le sieur Diop ratisse son enclos et explique tout en étant à l’œuvre : «C’est plus quatre millions de francs qui sont exposés comme ça en l’air. J’espère arriver à les écouler. L’élevage des moutons requiert beaucoup de sacrifices et d’investissements. Il faut les entretenir, les nourrir (mais, blé, mil, sorgho, pain), laver, faire suivre par un vétérinaire, loger et payer un gardien. C’est pourquoi certains moutons coûtent chers et le prix atteint des millions». 
  
Birame Lothi Deme étaye Masseck Diop. Son enclos situé sur la VDN (voie de dégagement nord) fait savoir que «depuis le mois de décembre, l’aliment de bétail passe de 7000 à 10.000. Le sac de paille d’arachide de 2500 à 10.000 FCFA». 
  
M. Fall est client. Il écume les tentes à la recherche d’un bélier. Il semble angoissé. Il s’est marié, il n’y a pas longtemps. «C’est ma première fête d’Aïd el Kabir en tant que marié. Mais ça risque d’être hyper compliqué» estime le jeune. Il se dit estomaquer par les prix qui sont hors de portée surtout pour un jeune cadre. 
  
Le casse-tête chinois des citoyens
  
«J’ai un budget de 100.000 francs. Je cherche depuis presque deux tours d’horloge. Les prix proposés sont très chers alors qu’il y a d’autres dépenses non moins importantes à assurer. Vraiment, les vendeurs doivent revoir les prix. Sinon certains ne vont pas pouvoir accomplir ce rituel». 

L’inquiétude est le sentiment le mieux partagé. Visage fermé, l’air anxieux, Déguène Fall est en train de faire le tour des enclos des deux voies de Liberté 6. «Je ne suis pas surprise. Les prix sont toujours aussi élevés. Si cela continue comme ça, je pense bien changer de méthode. Désormais, je pense que je vais acheter au lendemain de la Tabaski une petite bête que je vais entretenir jusqu’à l’année prochaine. Je ne veux plus avoir à subir le terrorisme des «Téfankés». Avec ces prix, de nobles citoyens risquent de ne pas avoir de moutons», regrette la vendeuse de friperies. 
  
Les points de vente totalement gratuits
  
Les prix des moutons sont pour l’heure exorbitants. Et pourtant ça n’a rien à voir avec la privatisation des points de vente. C’est du moins ce qui ressort de notre entretien avec Amadou Barry, chef de division des recettes et de recouvrement de la mairie de Grand Yoff. «Les lieux de vente sont totalement gratuits. C’est un arrêté ministériel qui fixe tous les points de ventes.  Et cette zone des deux voies de liberté 6 en fait partie». M. Barry de détailler : «dans cet arrêté, figure l’exonération de toute taxe sur les points de vente. Ils viennent gratuitement vendre leurs articles et repartent sans verser un sous à la mairie. Ensuite c’est à nous de s’occuper de l’insalubrité des lieux après leur départ». 

Et pour ce qui est de l’électricité et des toilettes promises, l’agent de la mairie souligne que c’est au ministre de l’Elevage de respecter cette promesse étant donné que cela ne relève pas de la compétence de la mairie de Grand-Yoff. «  Ce que nous gérons, c’est veiller à ce que les bénéficiaires puissent disposer de leur emplacement sans contrainte. C’est-à-dire l’organisation au niveau administratif des lieux avec des numéros attribués pour éviter tout désagrément entre éleveurs. » 

Pressafrik
 




1.Posté par cecile le 10/08/2018 22:31
Témoignage : Je me nomme Cécile âgée de 33 ans.J’étais en relation avec mon homme il y a de cela 3ans et tout allait bien entre nous, à cause d’une autre femme il s’est séparé de moi depuis quelques mois. J’avais pris par tous les moyens pour essayer de le récupéré mais hélas ! Je n’ai fais que gaspiller mes sous. Mais par la grâce de dieu l’une de mes amies avait eut ce genre de problème et dont elle a eut satisfaction par le biais d’un nommé HOUNON AZE au premier abord lorsqu’elle m’avait parlé de ce puissant je croyais que c’était encore rien que des gaspillages et pour cela j’avais des doutes et ne savais m’engager ou pas. Mais au fur des jours vu ma situation, elle insiste a ce que j’aille faire au moins la connaissance de ce puissant en question et c’est comme cela que je suis heureuse aujourd’hui en vous parlant. C’est à dire mon homme en question était revenu en une durée de 7jours tout en s’excusant,aujourd’hui il me suggère à ce qu’on se marie le plus tôt possible, je me plains même pas et nous nous aimons plus d’avantages. La bonne nouvelle est qu’actuellement je suis même enceinte de 2 mois. Sincèrement je n’arrive pas à y Croire qu’il existe encore des personnes aussi terrible, sérieux et honnête dans ce monde, et il me la ramené, c’est un miracle.Je ne sais pas de quelle magie il est doté mais tout s’est fait en moins d’une semaine, il est fort dans tous les domaines.
Vous pouvez le contactez par: Email : feticheurchango@gmail.com ou Tel: +229-66-54-77-77 whatsapp/ Viber: +229-66-54-77-77
Voici son site : http://grand-marabout-mediumvoyance-retour-affectif.com

Nouveau commentaire :


Dans la même rubrique :
< >

Mardi 23 Octobre 2018 - 10:43 Pas de rentrée dans les universités privées

ACTUALITÉS | Exclusivité | People | News | Revue de presse | SCIENCE - TECH | Musique | Contribution | Chronique | Emissions et entretiens | Avis-Communiqué-Publireportage | Zero Stress & Insolite | Religion | Coin des femmes | CUISINE | SERIE TV