LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

NOO LANK VOLE EN ECLATS


Rédigé le Mercredi 27 Janvier 2021 à 08:38 | Lu 70 fois | 0 commentaire(s)


Dislocation ou suspension d’activités ? La cohabitation au sein de la plate-forme « Noo Lank » n’est plus huilée comme avant


NOO LANK VOLE EN ECLATS

Née de la lutte contre la hausse des prix de l’électricité intervenue en décembre 2019, la plateforme «Noo Lank» qui regroupe une dizaine d’organisations de la société civile et de formations politiques menant une lutte acharnée contre le pouvoir sur des questions de libertés, de société et de démocratie, a littéralement volé en éclats depuis hier avant-hier.

Dislocation ou suspension d’activités ? En tout cas, une chose est sûre, la cohabitation au sein de la plate-forme « Noo Lank » n’est plus huilée comme avant. En témoigne la fracassante lettre qui circule sur la toile depuis hier faisant état de la suspension d’activités de trois organisations et non des moindres de cette plateforme. Il s’agit de deux organisations de la société civile à savoir Y en a Marre d’Aliou Sané, Frapp France-Dégage de Guy Marius Sagna ; l’autre structure qui a mis un terme à sa participation au sein de cette plate-forme, c’est le parti Forces Démocratiques Sénégalaises (FDS) de Babacar Diop qui a été aussi embastillé dans le cadre d’une manifestation contre la hausse des prix de l’électricité en novembre 2019.

Toutefois, à la lecture de la note, il semble évident qu’il se pose réellement un problème de leadership au sein du mouvement. Evoquant les raisons de son départ, le mouvement Y en a Marre qui a participé à la mise en place de «Noo Lank» a fait savoir dans sa lettre qu’il a adressé aux co-coordonnateurs de l’organisation qu’il « ne se retrouve pas dans les nouvelles orientations, encore moins dans la démarche actuelle de cette plate-forme». Ce sont les mêmes motifs qui ont poussé Guy Marius Sagna et cie à geler leurs activités au sein de ce collectif citoyen.

En effet, le mouvement Frapp France-Dégage renseigne dans sa lettre que la suspension de sa participation aux activités de Noo Lank est due à une entorse aux règles les plus élémentaires de la démocratie organisationnelle, «de fractionnisme, de non-respect des décisions prises collégialement, de putschisme etc.» Mieux, selon nos sources au niveau de cette organisation, la suspension de leurs activités n’est pas due à une querelle de personnes.

De son côté, les FDS de Babacar Diop n’ont pas avancé les raisons qui les ont amenées à suspendre leurs activités. Sur un autre registre, il convient également de signaler que cette cascade de cessations d’activités au sein du collectif date du 21 janvier 2020, à travers diverses lettres adressées au coordonnateur de la plate-forme. Mais pour le moment, les leaders de ces organisations rejettent toute idée de départ de « Noo Lank ». Il s’agit, selon eux, d’un standby le temps d’aller vers leur assemblée générale prévue le 28 février prochain. C’est pourquoi ils ne comprennent pas par quelle alchimie cette lettre censée rester en interne a pu se retrouver sur la place publique. Il faut signaler que le malaise était déjà visible.

En guise de soutien au président de l’Organisation non gouvernementale «Horizons sans frontières» placé récemment sous mandat de dépôt, pendant que le collectif «Noo Lank» a signé un communiqué de presse avec d’autres organisations notamment de défense de droits humains pour exiger la libération de Boubacar Sèye, les FDS, Y en a Marre et Frapp France-Dégage ont de leur côté produit une lettre conjointe à cet effet. Une posture qui laissait déjà percevoir un certain manque de coordination.

Pour le moment, certains leaders membres de «Noo Lank» minimisent le coup porté par ces «départs» à leur organisation et appellent à l’unisson. «On est obligé d’aller ensemble sinon nous allons périr tous face au régime de Macky Sall car, pour le moment, Noo Lank est la seule plate-forme de la société civile capable d’organiser de grandes mobilisations. D’ailleurs, elle a enregistré des membres de plus comme la RV et le CUSEMS de Dame Mbodji», nous souffle un d’entre eux. «Certaines personnes sont en train de sourire au Palais», se désole un des leaders membre du collectif citoyen qui appelle à la mobilisation pour faire face au projet de troisième mandat de Macky Sall.




Nouveau commentaire :

Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé