LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

«SI LES «TIAK-TIAK» CONTINUE, LA POSTE VA DISPARAITRE»


Rédigé le Mardi 4 Mai 2021 à 10:39 | Lu 71 fois | 0 commentaire(s)


Après avoir fait des introspections sur leurs conditions de vie et de travail, les membres du Syndicat National des travailleurs des Postes (Sntp) vont organiser une grande manifestation dans les prochains jours pour crier leur ras-le-bol.


«SI LES «TIAK-TIAK» CONTINUE, LA POSTE VA DISPARAITRE»

Après avoir fait des introspections sur leurs conditions de vie et de travail, les membres du Syndicat National des travailleurs des Postes (Sntp) vont organiser une grande manifestation dans les prochains jours pour crier leur ras-le-bol. Ils l’ont annoncé avant-hier.

«Macky Sall veut saboter la Poste». C’est par ces mots, synonymes d’un signal de détresse, que Hamed Diouf a invité les autorités à satisfaire leurs doléances.

Selon le secrétaire général du Sntp, les maux dont souffrent les postiers ont pour noms : manque de trésorerie, préservation et sauvegarde des 4000 emplois menacés par des fins de mois stressantes, concurrence déloyale, manque de considération notoire de l’Etat vis-à-vis de la Poste. Hamed Diouf et ses camarades réclament également la revalorisation et le paiement des sommes dues à titre de rémunération du service public maintenu à 1,3 milliard Fcfa alors qu’il se chiffre à 11 milliards Fcfa par an.

Profitant de la célébration de la fête du 1er mai, le Sntp, qui en a assez de l’indifférence des autorités par rapport à leurs revendications, a annoncé une grande manifestation dans les prochains jours. «Pour faire entendre raison aux autorités, nous allons passer à la vitesse supérieure. Nous allons sortir dans les rues dans les jours à venir et marcher jusqu’au Palais de la République. Nous allons continuer de mener des plans d’actions jusqu’à la satisfaction de nos doléances», a déclaré Hamed Diouf qui ajoute que ce plan d’action sera déroulé avec toutes les autres organisations syndicales présentes au niveau de la Poste. S’ils ont décidé de passer à la vitesse supérieure, c’est parce que les syndicalistes jugent que leurs négociations avec la Direction générale et l’Etat ont échoué. Depuis la séparation avec les Télécommunication, souligne le dirigeant syndical, l’Etat néglige la Poste. «Depuis la séparation avec la Sonatel, l’Etat du Sénégal n’octroie que 1,3 milliard FCFA à la Poste.

La Direction générale avait engagé une comptabilité analytique. Ce qui est ressorti des résultats, c’était la somme de 11,5 milliards Fcfa et que l’Artp avait déjà certifiée. Mais, l’Etat refuse de nous payer ce montant. L’Etat refuse de rémunérer les travailleurs de la Poste à leur juste valeur alors qu’il y a des sociétés publiques comme la Senelec et Dakar Dem Dikk qui ont des rémunérations qui dépassent les 9 milliards FCFA», souligne Hamed Diouf. Tirant à boulets rouges sur l’Artp qu’ils accusent de participer à l’entreprise de sabotage de la Poste, les syndicalistes invitent l’Etat à réguler le secteur. «Les livreurs notamment «Tiak-Tiak» menacent l’activité de la Poste. Et si cela continue, la Poste va disparaitre», avertissent-ils.




Nouveau commentaire :

Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé