LATERANGA.INFO
LATERANGA.INFO

Santé : Le carré « gagnant » pour une prise en charge efficiente des patients dans les districts sanitaires


Rédigé le Mardi 10 Septembre 2019 à 10:34 | Lu 82 commentaire(s)



Santé : Le carré « gagnant » pour une prise en charge efficiente des patients dans les districts sanitaires
Le ministre de la santé et de l’action sociale,  dans le but de s’enquérir de la situation évolutive au niveau des différents districts sanitaires de Dakar, a effectué ce matin des visites avec certains acteurs de la santé et d’autres responsables de son ministère. 
La dimension centre de santé constituant selon le ministre Diouf Sarr, « une étape intermédiaire très importante qui, étant gérée avec une efficacité en terme de résultats, va grandement soulager l’hôpital ». D’où l’initiave, pour prendre des mesures à travers un dispositif de prise en charge de qualité des centres de santé.  Il a cependant tenu à signifier et dérouler 4 points : La qualité de service, l’hygiène  et la sécurité, la communication et la prise de conscience de la mission par les ressources humaines. 
 
Phillipe Maguilen Senghor : les inondations, un aspect fréquent
Le ministre Abdoulaye Diouf Sarr a carrément manifesté sa volonté de mettre en œuvre des mécanismes pour rendre plus performant le système de santé au niveau des districts sanitaires. En commençant par Phillipe Maguilen Senghor, le ministre a insisté sur le facteur majeur, c’est-à-dire : la qualité. Pour lui, dans un service de santé il doit y avoir un service de qualité juste pour la satisfaction  des patients. S’adressant au médecin chef de centre de l’hôpital, il déroule : « Le maitre-mot est Qualité. C’est vrai qu’il y a parfois des protocoles et des démarches que le patient ne maitrise pas  car voulant qu’on lui amène un traitement urgent, mais il faut établir une relation communicationnelle avec lui ».
L’Hygiène et la sécurité étant très importantes dans l’environnement sanitaire des centres de santé, le ministre s’est beaucoup appesanti sur la propreté et l’hygiène. Cela, en s’adressant aussi au SNH (service national d’hygiène) qui avait marqué sa présence aussi pendant les visites et qui s’est enquéri des recommandations du ministre dans l’aspect hygiénique.
La communication : Selon le ministre Diouf Sarr il est impensable de s’occuper de ses patients qui ont avec les médecins une relation particulière sans établir une bonne communication. C’est-à-dire essayer au moins d’éviter une incompréhension de l’opinion qui se lance souvent dans des préjugés car n’étant pas bien informée par rapport à d’éventuelles positions du médecin. La communication va même au-delà, car, estime-t-il, « le personnel doit aussi avoir un canevas de communication pour bien mener ses services. »
L’autre aspect est la bonne prise de conscience de ses missions : cela implique une prise de responsabilité énorme de la part du médecin. Le ministre affirme à ce titre : « Vous avez un ministre qui vous fait confiance. Mais il est bon de savoir que quand il y’a une personne qui fait mal son travail, il est bon de prendre ses responsabilités car en étant attentiste et passif devant ses actes, c’est votre responsabilité à vous tous. C’est vrai que tout le monde n’est pas parfait dans votre système, ni orthodoxe, mais il faut donc essayer de corriger cette infime partie. La bonne gestion est aussi d’enlever quelqu’un qui gêne même quand vous n’avez pas de remplaçant. C’est ça la prise de conscience de la responsabilité.».
Les points de Nabil Choucair et Gaspard Kamara
Avec la présence des acteurs de la santé tels que le secrétaire général de la santé, ceux des régions et les « Badiénou Gox » et d’autres acteurs communautaires, le ministre de la santé et de l’action sociale a aussi manifesté les mêmes recommandations sur le « carré gagnant ».
Il a par ailleurs insisté sur la gestion du temps. « Travailler jusqu’à 15h et rentrer sans laisser une garde qui pourrait assurer la permanence peut aussi affecter les résultats attendus dans le domaine de la santé. « Il faut faire en sorte que les gens travaillent à  temps plein », souligne Abdoulaye Diouf Sarr. La motivation aussi doit se faire mais il faut savoir qu’elle n’est pas toujours égalitaire. La communication, un fait encore sur lequel le ministre insiste car l’opinion n’est pas toujours au même niveau d’information que les services sanitaires.
Autre aspect, c’est la mesure de satisfaction du patient : Pour le ministre, il faut mettre des mécanismes de mesure de la satisfaction des patients car, c’est cela qui édifie sur le satisfecit ou non des populations. Pour cela, il félicite l’hôpital Gaspard Kamara qui a déjà débuté cette mesure avec des mécanismes pour  mesurer le niveau de satisfaction des patients.
Veiller aussi sur les machines, leur fonctionnalité parce que d’après le ministre, « il est bien de prévenir des pannes qui peuvent affecter les machines ». Les équipements donc doivent être revisités fréquemment pour prévenir certaines pannes. Sur la question des ressources humaines, le pointage biométrique est à saluer.
 
Les centres de santé listent leurs maux
La venue du ministre dans ces différents districts de santé a été une occasion pour le personnel et tous les responsables de santé de décliner les difficultés dont souffrent leurs structures. Entre inondations, manque de locaux, d’équipements et une certaine vétusté des machines, certains centres de santé ont listé ces manquements pour mettre le ministre au courant de ce dont ils ont besoin.
 
Le ministre, après avoir écouté les plaidoyers des différents centres de santé de référence et secondaires,  a décliné ses ambitions d’apporter des réponses concrètes et résolument orientées vers la bonne prise en charge, la communication, la sécurité, l’hygiène et la responsabilité du médecin.
 
 
Santé : Le carré « gagnant » pour une prise en charge efficiente des patients dans les districts sanitaires
 
 
 
Santé : Le carré « gagnant » pour une prise en charge efficiente des patients dans les districts sanitaires


Politique | Société | Economie | International | Sports | Santé